0 Likes

compagnie mécanique vivante chant des sirenes Qts47
Cornouaille

Le Chant des Sirènes

Compagnie Mécanique vivante

Ulysse avait raison. Nul ne résiste au charme du Chant des sirènes.

C’est une création de longue haleine, un pari insensé, surgi d’une idée simple et délirante : transformer des sirènes d’alerte connues de tous en un fantastique instrument de musique à part entière, unique au monde. Le Siréole crée une vibration dans l’air et procure à ses auditeurs une toute nouvelle sensation. Dans les graves, son timbre est proche du son du violoncelle, dans les médiums, de la voix humaine et dans les aigus, de la trompette.

Inventeur, constructeur, interprète et fondateur de Mécanique Vivante, Franz Clochard a conçu autour de ces drôles de cornets orange, un ensemble de dispositifs permettant de produire et d’interpréter des œuvres musicales. Mélodies douces, souffle puissant et majestueux, ces dragons sonores crachent des trésors de musique.

Entre ciel et terre, à la découverte d’un opéra urbain de plein air, aussi fascinant qu’inédit, la compagnie Mécanique Vivante invite les rêveurs à ouvrir grand leurs oreilles pour écouter le Chant des sirènes… venu de l’Odet.

Copyright: Dieter Kik
Type: Spherical
Resolution: 8236x4118
Uploaded: 20/10/2009
Updated: 23/06/2014
Views:

...


Tags: france; bretagne; finistere; cornouaille; quimper; odet; theatre de cornouaille; compagnie mécanique vivante; chant des sirenes; nuit; foule
comments powered by Disqus

dieter kik
6. manif retrait 60 Quimper 5159
dieter kik
6. manif retrait 60 Quimper 5191
dieter kik
6. manif retrait 60 Quimper 5059
dieter kik
Neige Conseil General du Finistere Quimper
dieter kik
Neige Passerelle Cg29 Odet Quimper
dieter kik
Marronnier Fleurie Ca
dieter kik
Neige remparts boulevard de l'Amiral Kerguelen Quimper
dieter kik
Quimper Passerelle Max Jacob
dieter kik
Neige jardin de l'Evecher Quimper
benjamin-sergeant
Quimper Jardin De L' Evecher
dieter kik
Quimper Pont Ste Catherine
dieter kik
Noel Quimper pont ste Catherine
Jucatulli
Casamento kassius e shaira
yunzen liu
Wuhan Qintai Grand Theater
Andrey Ilyin
St.Basil Cathedral - main church
Ramin Dehdashti
The Azadi Tower at night
Thiago Eriksson / Over Digital
Cachoeira Véu de Noiva - Urubici
Nikos Biliouris
Carnival party at Naousa
Thomas Humeau
Hanoi streets
Ramin Dehdashti
Si-o-seh Pol at night
Andrew Usatyuk
Cathedral Square
Levent ŞEN
Tekeli Mehmet Pasa Mosque
Bjørn K Nilssen
Juvet in Songdalen
Jordi Munné Ruiz
Canons de dalt vila 1
dieter kik
Quimper route de Benodet ail à trois angles 9887
dieter kik
Plovan Croix
dieter kik
Mouton geant Agnus Horribilis de Marc Morvan Ploneour Lanvern Pmm31
dieter kik
Thiepval Memorial 11 11 2011 Somme France 7458
dieter kik
lesconil rockies coast
dieter kik
Angemeldete Besucher Reichstag Berlin 6997
dieter kik
Schlosskrug Stift Quedlinburg Germany 5785
dieter kik
Galerie Annenwalde Uckermark
dieter kik
Port du Vorlen Cleden Cap Sizun Finistere 1904
dieter kik
Neige Vue du Frugy Quimper Qn30
dieter kik
Le cheval breton de Bernard Magueur Porspoder
dieter kik
Eglise Saint-Pierre et Saint-Paul , Langonnet, Morbihan 3901
More About Cornouaille

Cornouaille Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Capitale historique Quimper Langue(s) Français - Breton Religion Catholique Superficie 5 979 Km² Population 456 307 (1999) Gwenn ha du.svg Portail de la Bretagne La Cornouaille (Kernev, Bro Gernev en breton) est un pays de Bretagne (à ne pas confondre avec la Cornouailles britannique, dont le nom s'écrit avec un "s"). Le gentilé de la Cornouaille bretonne est cornouaillais  e (le gentilé de la Cornouailles britannique est cornique). Étymologie Cornouaille se dit Kerne, Kernev ou Bro Gerne en breton, et Cornugallia en latin, parfois « Cornubia ». * Il est possible que ce nom lui ait été donné en référence à cette région de Cornouailles (Kernow), tout comme l'actuel Devon (ancienne Dumnonia) a donné son nom à la Domnonée qui désignait la côte Nord de la Bretagne au Haut Moyen Âge. * Selon une autre hypothèse qui a eu longtemps cours, le nom serait d'origine anglo-saxonne et signifierait « Le pays des étrangers » en référence au cantonnement des Celtes d'Outre-Manche par les envahisseurs angles, saxons, jutes et frisons. * Une troisième hypothèse, basée sur la traduction latine cornugallia, est invoquée par certains auteurs : cornugallia signifierait le coin de la Gaule, relativement à la situation géographique de la Cornouaille bretonne. Antiquité tardive Les deux Cornouaille(s) trouvent plus vraisemblablement leur origine commune à la fin du IIIe siècle : les incursions de pirates saxons, frisons et scots, associées aux pillages des bagaudes, contraignent les villes armoricaines (entre autres) à s'entourer en urgence de murailles dont les restes se voient encore à Alet, Brest, Nantes, Rennes et Vannes. Devant l'incurie de l'empire romain, le responsable de la défense des côtes, le ménapien Carausius (puis son successeur Allectus) établit entre 288 et 296 un empire séparé sur les côtes nord et sud de la Manche pour les garantir des invasions. L'empereur Constance Chlore les vainc en 293 et 296 et, ayant rétabli l'unité de l'empire de ce côté, organise la défense côtière en transférant des Bretons en Armorique à partir de 296-297. Ces Bretons sont des Cornovii, peuple sans doute fidèle à Rome et choisi pour ce motif. Le chef-lieu de leur cité est à Viroconium Cornoviorum (l'actuelle Wroxeter) et ils occupent plus au nord le port de Deva (Chester). Les Cornovii étant chargés du contrôle militaire des pointes occidentales de la Bretagne et de l'Armorique, c’est-à-dire de l'ouest de la Manche, leur nom se serait conservé en ces lieux. Il ne s'agit donc pas d'une colonisation massive comme cela arrivera au VIe siècle, mais d'une occupation militaire. Le Tractus armoricanus et nervicanus (administration militaire chargée du contrôle de toutes les côtes de Boulogne à la Gironde), et son bras armé, la Classis armoricana (Flotte armoricaine), ne sont créés proprement qu'en 370, sous le règne de l'empereur Valentinien Ier. Haut Moyen Âge D'autres princes sont dits avoir régné sur les côtes nord et sud de la Manche occidentale, comme le roi de Cornouaille Daniel Drem Rud au VIe siècle, et le fameux comte Conomor assimilé au roi Marc de la Cornouailles britannique (Marcus Cunomorus). Entre 815 et 839, Egbert annexe le royaume breton de Cornouaille. La Cornouaille armoricaine est mentionnée pour la première fois et indirectement entre 852 et 857 quand « l'évêque de Saint-Corentin », Anaweten, est qualifié de Cornugallensis (adj. latin dérivé de Cornugallia). L'existence d'une commune d'Anjou dénommée « La Cornuaille » a suscité une hypothèse qui en ferait une appellation géographique ou militaire couvrant toute la Bretagne du Sud et faisant pendant à la Domnonée sur le rivage Nord au VIe siècle ou VIIe siècle. Formation de la Bretagne Au IXe siècle, il semble que le nom de Poher (pour Pou-Caer = Pays de la Ville ou Pays du Château ou Pays de Carhaix) se soit substitué à celui de Cornouaille. Par la suite, il fut réservé à la vallée de l'Aulne, dont la capitale était Carhaix. À la fin du IXe siècle, le comté féodal de Cornouaille reprend le nom de l'ancien royaume. Sa dynastie accède au trône ducal, il passa à l'évêque de Quimper qui devient comte-évêque de Cornouaille jusqu'au XIe siècle où deux frères s'en répartissent les dignités. La Cornouaille de nos jours Composée de 218 communes (sur la base des communes actuelles), la Cornouaille comptait - au dernier recensement de 1999 - 456 307 habitants pour une superficie totale de 5 979 km². Le nom a été repris officiellement en 2001 pour sa partie au sud d'une ligne Châteaulin-Scaër pour la circonscription de programmation « Pays de Cornouaille » composée de 112 communes (loi Voynet, 1999)