0 Likes

Quimper Passerelle Max Jacob
Cornouaille

Max Jacob, né le 12 juillet 1876 à Quimper et mort le 5 mars 1944, prisonnier au camp de Drancy (Seine-Saint-Denis), était un poète, romancier, essayiste, épistolier et peintre français.

Il passe toute sa jeunesse à Quimper, puis s'installe à Paris, où il fréquente notamment dans le quartier de Montmartre et se fait de nombreux amis dont Picasso qu'il rencontre en 1901, Braque, Matisse, Apollinaire et Modigliani. Juif de naissance, il se convertit au catholicisme et se fait baptiser à l'âge de 40 ans, en 1915 avec Picasso comme témoin.

Source Wikipedia

Copyright: Dieter kik
Type: Spherical
Resolution: 8450x4225
Subida: 26/04/2009
Actualizado: 20/06/2014
Número de vistas:

...


Tags: france; bretagne; finistere; cornouaille; quimper; odet; lever de soleil
comments powered by Disqus

dieter kik
Cathedrale et Conseil Generale Quimper
dieter kik
Neige Passerelle Cg29 Odet Quimper
dieter kik
compagnie mécanique vivante chant des sirenes Qts47
dieter kik
6. manif retrait 60 Quimper 5191
dieter kik
6. manif retrait 60 Quimper 5059
dieter kik
6. manif retrait 60 Quimper 5159
dieter kik
Neige Conseil General du Finistere Quimper
dieter kik
Neige remparts boulevard de l'Amiral Kerguelen Quimper
dieter kik
Neige jardin de l'Evecher Quimper
benjamin-sergeant
Quimper Jardin De L' Evecher
benjamin-sergeant
Cathédrales Saint-Corentin : Chapelle Notre-Dames des Victoires
benjamin-sergeant
Deambulatoire Sud 2
Alexey Bazlaev
Mana River
Roger Berry
Lakshmi Narayan temple, White Elephants Statues
Максим Насекин
Издательско-полиграфическое предприятие "Советская Сибирь", цех брошюровки
Jeffrey Martin
National Aircraft Inc‎ - Airplane Junk Yard 12
Mark Florko
Olvera Castle
Ninoslav Adzibaba
Exit Festival Dance Arena
Roger Berry
Sonpur Mela, Buffalos For Sale
Jeffrey Martin
National Aircraft Inc‎ - Airplane Junk Yard 1
Denis Filippov
Chocolate house. Byzantine hall.
Ninoslav Adzibaba
Exit Festival Main Stage At Dawn
Richard Chesher
World Heritage Site New Caledonia Lagoon Coral Reef Batfish Platax Teira
Roger Berry
Tiger Dancers, Thirunakkara Mahadeva temple India
dieter kik
Manif 2010/10/12 Quimper Cathdrale CGT
dieter kik
6. manif retrait 60 Quimper 5191
dieter kik
Quimper Printemps Crocus
dieter kik
maree basse Pors Mazou Porspoder
dieter kik
Couleur Paysage Quimper 6561
dieter kik
Mouton geant Agnus Horribilis de Marc Morvan Ploneour Lanvern Pmm3
dieter kik
Neige entree du Musee Breton Quimper
dieter kik
Altar St Bläsii in Quedlinburg Germany 5662
dieter kik
Cleden-Cap-Sizun Baie des Trépassés
dieter kik
Schlosskrug Stift Quedlinburg Germany 5797
dieter kik
Futur Musee Remorqueur S6
dieter kik
Loctudy Eglise Romane
More About Cornouaille

Cornouaille Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Capitale historique Quimper Langue(s) Français - Breton Religion Catholique Superficie 5 979 Km² Population 456 307 (1999) Gwenn ha du.svg Portail de la Bretagne La Cornouaille (Kernev, Bro Gernev en breton) est un pays de Bretagne (à ne pas confondre avec la Cornouailles britannique, dont le nom s'écrit avec un "s"). Le gentilé de la Cornouaille bretonne est cornouaillais  e (le gentilé de la Cornouailles britannique est cornique). Étymologie Cornouaille se dit Kerne, Kernev ou Bro Gerne en breton, et Cornugallia en latin, parfois « Cornubia ». * Il est possible que ce nom lui ait été donné en référence à cette région de Cornouailles (Kernow), tout comme l'actuel Devon (ancienne Dumnonia) a donné son nom à la Domnonée qui désignait la côte Nord de la Bretagne au Haut Moyen Âge. * Selon une autre hypothèse qui a eu longtemps cours, le nom serait d'origine anglo-saxonne et signifierait « Le pays des étrangers » en référence au cantonnement des Celtes d'Outre-Manche par les envahisseurs angles, saxons, jutes et frisons. * Une troisième hypothèse, basée sur la traduction latine cornugallia, est invoquée par certains auteurs : cornugallia signifierait le coin de la Gaule, relativement à la situation géographique de la Cornouaille bretonne. Antiquité tardive Les deux Cornouaille(s) trouvent plus vraisemblablement leur origine commune à la fin du IIIe siècle : les incursions de pirates saxons, frisons et scots, associées aux pillages des bagaudes, contraignent les villes armoricaines (entre autres) à s'entourer en urgence de murailles dont les restes se voient encore à Alet, Brest, Nantes, Rennes et Vannes. Devant l'incurie de l'empire romain, le responsable de la défense des côtes, le ménapien Carausius (puis son successeur Allectus) établit entre 288 et 296 un empire séparé sur les côtes nord et sud de la Manche pour les garantir des invasions. L'empereur Constance Chlore les vainc en 293 et 296 et, ayant rétabli l'unité de l'empire de ce côté, organise la défense côtière en transférant des Bretons en Armorique à partir de 296-297. Ces Bretons sont des Cornovii, peuple sans doute fidèle à Rome et choisi pour ce motif. Le chef-lieu de leur cité est à Viroconium Cornoviorum (l'actuelle Wroxeter) et ils occupent plus au nord le port de Deva (Chester). Les Cornovii étant chargés du contrôle militaire des pointes occidentales de la Bretagne et de l'Armorique, c’est-à-dire de l'ouest de la Manche, leur nom se serait conservé en ces lieux. Il ne s'agit donc pas d'une colonisation massive comme cela arrivera au VIe siècle, mais d'une occupation militaire. Le Tractus armoricanus et nervicanus (administration militaire chargée du contrôle de toutes les côtes de Boulogne à la Gironde), et son bras armé, la Classis armoricana (Flotte armoricaine), ne sont créés proprement qu'en 370, sous le règne de l'empereur Valentinien Ier. Haut Moyen Âge D'autres princes sont dits avoir régné sur les côtes nord et sud de la Manche occidentale, comme le roi de Cornouaille Daniel Drem Rud au VIe siècle, et le fameux comte Conomor assimilé au roi Marc de la Cornouailles britannique (Marcus Cunomorus). Entre 815 et 839, Egbert annexe le royaume breton de Cornouaille. La Cornouaille armoricaine est mentionnée pour la première fois et indirectement entre 852 et 857 quand « l'évêque de Saint-Corentin », Anaweten, est qualifié de Cornugallensis (adj. latin dérivé de Cornugallia). L'existence d'une commune d'Anjou dénommée « La Cornuaille » a suscité une hypothèse qui en ferait une appellation géographique ou militaire couvrant toute la Bretagne du Sud et faisant pendant à la Domnonée sur le rivage Nord au VIe siècle ou VIIe siècle. Formation de la Bretagne Au IXe siècle, il semble que le nom de Poher (pour Pou-Caer = Pays de la Ville ou Pays du Château ou Pays de Carhaix) se soit substitué à celui de Cornouaille. Par la suite, il fut réservé à la vallée de l'Aulne, dont la capitale était Carhaix. À la fin du IXe siècle, le comté féodal de Cornouaille reprend le nom de l'ancien royaume. Sa dynastie accède au trône ducal, il passa à l'évêque de Quimper qui devient comte-évêque de Cornouaille jusqu'au XIe siècle où deux frères s'en répartissent les dignités. La Cornouaille de nos jours Composée de 218 communes (sur la base des communes actuelles), la Cornouaille comptait - au dernier recensement de 1999 - 456 307 habitants pour une superficie totale de 5 979 km². Le nom a été repris officiellement en 2001 pour sa partie au sud d'une ligne Châteaulin-Scaër pour la circonscription de programmation « Pays de Cornouaille » composée de 112 communes (loi Voynet, 1999)