2 Likes

chateau Pointe de Dinan C18
Cornouaille

La pointe de Dinan (bret. Beg Dinn) est une pointe de Bretagne dans la presqu'île de Crozon. Elle est située au sud-ouest, sur le territoire de la commune de Crozon. Elle offre une vue magnifique sur l'anse de Dinan et la pointe de Pen-Hir et ses tas de pois.

Une de ses extrémités forme comme une forteresse naturelle, à l'allure d'une ruine de château, avec son arche tel un pont-levis, c'est pour cela qu'on trouve souvent l'appellation château de Dinan (bret. Kastell Dinn) pour cette formation rocheuse.
Source wikipedia

View More »

Copyright: Dieter kik
Type: Spherical
Resolution: 8242x4121
Chargée: 25/11/2009
Mis à jour: 23/06/2014
Affichages ::

...


Tags: france; bretagne; finistere; presqu'île de crozon; camaret-sur-mer; falaises; tas de pois
comments powered by Disqus

Roland Raele
France Bretagne Finistere Porte de Dinan
Gérard Schneider
Château de Dinan - Crozon
dieter kik
Pointe de Dinan C16
Gérard Schneider
Point de Dinan - Crozon
Gérard Schneider
Beg an Talmog near Point de Dinan (Crozon)
dieter kik
Maison Goulien Crozon Finistere Cii14
dieter kik
Maison Goulien Crozon Finistere Cii13
Gérard Schneider
Plage de Goulien
dieter kik
lost marc'h plage de galets Crozon
Gérard Schneider
Point de Lost Marc'h
Gérard Schneider
Kernaléguen - Blick zum Strand von Lost Marc'h
Gérard Schneider
Village de Kernaléguen
Ninoslav Adzibaba
Exit Festival Dance Arena
Fariborz Alagheband
Haron Velayat Shrine
Ninoslav Adzibaba
Exit Festival Main Stage At Dawn
Maxim Nasekin
Printing enterprise "Sovetskaya Sibir" ('Soviet Siberia"), bookbinding workshop
Roberto Scavino
Monumental Cemetery, Brondelli's tomb
Mahmood Hamidi
Naranjestan Ghavam, Ivan Room
Mark Florko
Olvera Castle
Roger Berry
Sonpur Mela, Buffalos For Sale
Roger Berry
Lakshmi Narayan temple, White Elephants Statues
Alexey Bazlaev
Mana River
Henk van den Berg
SS Rotterdam Engine Room Back
Roger Berry
Tiger Dancers, Thirunakkara Mahadeva temple India
dieter kik
Porspoder Table d orientation Anne Cadiou Pp33
dieter kik
Odet Pors Guen Gouesnach Bretagne France
dieter kik
Schlo lichtenstein rtbl32nx2 cube equi copie
dieter kik
Le Bac Ville Close Concarneau Cc26
dieter kik
Käsekuchen, Schlossberg Quedlinburg Germany 5903
dieter kik
Heidenheim Schloss Hellenstein rittersaal
dieter kik
Quimper Theatre de Cornouaille Braises 2009 4948
dieter kik
Tout Quimper Velo Depart Foto 9673
dieter kik
Grand pardon de Kerdevot Ergue Gaberic Finistere 0500
dieter kik
Jardin, Place d'Armes, Valenciennes, Nord, France 7219
dieter kik
Locronan Chapelle Penity Tombe St Ronan
dieter kik
Heidenheim Schloss Hellenstein
More About Cornouaille

Cornouaille Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Capitale historique Quimper Langue(s) Français - Breton Religion Catholique Superficie 5 979 Km² Population 456 307 (1999) Gwenn ha du.svg Portail de la Bretagne La Cornouaille (Kernev, Bro Gernev en breton) est un pays de Bretagne (à ne pas confondre avec la Cornouailles britannique, dont le nom s'écrit avec un "s"). Le gentilé de la Cornouaille bretonne est cornouaillais  e (le gentilé de la Cornouailles britannique est cornique). Étymologie Cornouaille se dit Kerne, Kernev ou Bro Gerne en breton, et Cornugallia en latin, parfois « Cornubia ». * Il est possible que ce nom lui ait été donné en référence à cette région de Cornouailles (Kernow), tout comme l'actuel Devon (ancienne Dumnonia) a donné son nom à la Domnonée qui désignait la côte Nord de la Bretagne au Haut Moyen Âge. * Selon une autre hypothèse qui a eu longtemps cours, le nom serait d'origine anglo-saxonne et signifierait « Le pays des étrangers » en référence au cantonnement des Celtes d'Outre-Manche par les envahisseurs angles, saxons, jutes et frisons. * Une troisième hypothèse, basée sur la traduction latine cornugallia, est invoquée par certains auteurs : cornugallia signifierait le coin de la Gaule, relativement à la situation géographique de la Cornouaille bretonne. Antiquité tardive Les deux Cornouaille(s) trouvent plus vraisemblablement leur origine commune à la fin du IIIe siècle : les incursions de pirates saxons, frisons et scots, associées aux pillages des bagaudes, contraignent les villes armoricaines (entre autres) à s'entourer en urgence de murailles dont les restes se voient encore à Alet, Brest, Nantes, Rennes et Vannes. Devant l'incurie de l'empire romain, le responsable de la défense des côtes, le ménapien Carausius (puis son successeur Allectus) établit entre 288 et 296 un empire séparé sur les côtes nord et sud de la Manche pour les garantir des invasions. L'empereur Constance Chlore les vainc en 293 et 296 et, ayant rétabli l'unité de l'empire de ce côté, organise la défense côtière en transférant des Bretons en Armorique à partir de 296-297. Ces Bretons sont des Cornovii, peuple sans doute fidèle à Rome et choisi pour ce motif. Le chef-lieu de leur cité est à Viroconium Cornoviorum (l'actuelle Wroxeter) et ils occupent plus au nord le port de Deva (Chester). Les Cornovii étant chargés du contrôle militaire des pointes occidentales de la Bretagne et de l'Armorique, c’est-à-dire de l'ouest de la Manche, leur nom se serait conservé en ces lieux. Il ne s'agit donc pas d'une colonisation massive comme cela arrivera au VIe siècle, mais d'une occupation militaire. Le Tractus armoricanus et nervicanus (administration militaire chargée du contrôle de toutes les côtes de Boulogne à la Gironde), et son bras armé, la Classis armoricana (Flotte armoricaine), ne sont créés proprement qu'en 370, sous le règne de l'empereur Valentinien Ier. Haut Moyen Âge D'autres princes sont dits avoir régné sur les côtes nord et sud de la Manche occidentale, comme le roi de Cornouaille Daniel Drem Rud au VIe siècle, et le fameux comte Conomor assimilé au roi Marc de la Cornouailles britannique (Marcus Cunomorus). Entre 815 et 839, Egbert annexe le royaume breton de Cornouaille. La Cornouaille armoricaine est mentionnée pour la première fois et indirectement entre 852 et 857 quand « l'évêque de Saint-Corentin », Anaweten, est qualifié de Cornugallensis (adj. latin dérivé de Cornugallia). L'existence d'une commune d'Anjou dénommée « La Cornuaille » a suscité une hypothèse qui en ferait une appellation géographique ou militaire couvrant toute la Bretagne du Sud et faisant pendant à la Domnonée sur le rivage Nord au VIe siècle ou VIIe siècle. Formation de la Bretagne Au IXe siècle, il semble que le nom de Poher (pour Pou-Caer = Pays de la Ville ou Pays du Château ou Pays de Carhaix) se soit substitué à celui de Cornouaille. Par la suite, il fut réservé à la vallée de l'Aulne, dont la capitale était Carhaix. À la fin du IXe siècle, le comté féodal de Cornouaille reprend le nom de l'ancien royaume. Sa dynastie accède au trône ducal, il passa à l'évêque de Quimper qui devient comte-évêque de Cornouaille jusqu'au XIe siècle où deux frères s'en répartissent les dignités. La Cornouaille de nos jours Composée de 218 communes (sur la base des communes actuelles), la Cornouaille comptait - au dernier recensement de 1999 - 456 307 habitants pour une superficie totale de 5 979 km². Le nom a été repris officiellement en 2001 pour sa partie au sud d'une ligne Châteaulin-Scaër pour la circonscription de programmation « Pays de Cornouaille » composée de 112 communes (loi Voynet, 1999)