Amanite Tue Mouche Quimper
Share
mail
License license
loading...
Loading ...

Panoramic photo by dieter kik EXPERT MAESTRO Taken 14:47, 17/11/2009 - Views loading...

Advertisement

Amanite Tue Mouche Quimper

The World > Europe > France > Finistere > Cornouaille

  • Like / unlike
  • thumbs up
  • thumbs down

L'amanite tue-mouches fut très tôt utilisée en Europe comme insecticide dilué dans le lait, d'où son nom vernaculaire.

La muscarine extraite de ce champignon a permis de caractériser un récepteur synaptique sensible à l'acétylcholine, appelé récepteur muscarinique.

Ce champignon a été utilisé dans toute l'aire eurasiatique dans un cadre rituel ou chamanique. Après une préparation particulière, son ingestion était censé faire accéder à des états de conscience qui permettaient la communication avec le monde des esprits.

source wikipedia

comments powered by Disqus

Nearby images in Cornouaille

map

A: route autoumne et Chinese Girl Ping Pong Quimper 7900

by dieter kik, 250 meters away

Le Ginkgo biloba ou « arbre aux quarante écus » ou « arbre aux mille écus » (银杏 yínxìng en chinois) e...

route autoumne et Chinese Girl Ping Pong Quimper 7900

B: rond-point plage des gueux ubo quimper france 8014

by dieter kik, 260 meters away

Un rond-point est une place circulaire (ronde, ovale ou polygonale) ou demi-circulaire. Un édicule (s...

rond-point plage des gueux ubo quimper france 8014

C: Altocumulus, Automne, Kerogan, Quimper, Finistere, France 8760

by dieter kik, 290 meters away

Altocumulus cloudFrom Wikipedia, the free encyclopediaAbbreviation    AcSymbol    Genus    Alto- (mid...

Altocumulus, Automne, Kerogan, Quimper, Finistere, France 8760

D: Bois de Keradennec Ergue-Armel Quimper Finistere 1904

by dieter kik, 300 meters away

http://fr.wikipedia.org/wiki/Ergue-Armel  Ergué-Armel QuimperTrès ancienne paroisse sur un plateau do...

Bois de Keradennec Ergue-Armel  Quimper Finistere 1904

E: Rond-point de Toul-Sable Quimper

by dieter kik, 340 meters away

Un rond-point est une place circulaire (ronde, ovale ou polygonale) ou demi-circulaire. Un édicule (s...

Rond-point de Toul-Sable Quimper

F: Forsythia Scanner finistere

by dieter kik, 350 meters away

ForsythiaFrom Wikipedia, the free encyclopediaForsythia (pronounced /fɔrˈsɪθiə/)[1] is a genus of flo...

Forsythia Scanner finistere

G: Voiture et Nature Pissenlit Quimper

by dieter kik, 370 meters away

Pissenlit est un nom vernaculaire ambigu en français. On appelle « pissenlit » diverses plantes à tig...

Voiture et Nature Pissenlit Quimper

H: Kerogan Quimper

by dieter kik, 370 meters away

Kerogan Quimper

I: Tir à l' Arc Compagnie des Archers de l'Odet Quimper France

by dieter kik, 370 meters away

Les arcs utilisés de nos jours n'ont plus rien à voir avec leurs ancêtres. Le bois a souvent été remp...

Tir à l' Arc Compagnie des Archers de l'Odet Quimper France

J: Wheels

by dieter kik, 410 meters away

these panorama is made for wwp (http://worldwidepanorama.org) event "diversity" in the quimper skatin...

Wheels

This panorama was taken in Cornouaille

This is an overview of Cornouaille

Cornouaille

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Capitale historique Quimper

Langue(s) Français - Breton

Religion Catholique

Superficie 5 979 Km²

Population 456 307 (1999)

Gwenn ha du.svg Portail de la Bretagne

La Cornouaille (Kernev, Bro Gernev en breton) est un pays de Bretagne (à ne pas confondre avec la Cornouailles britannique, dont le nom s'écrit avec un "s").

Le gentilé de la Cornouaille bretonne est cornouaillais  e (le gentilé de la Cornouailles britannique est cornique).

Étymologie

Cornouaille se dit Kerne, Kernev ou Bro Gerne en breton, et Cornugallia en latin, parfois « Cornubia ».

* Il est possible que ce nom lui ait été donné en référence à cette région de Cornouailles (Kernow), tout comme l'actuel Devon (ancienne Dumnonia) a donné son nom à la Domnonée qui désignait la côte Nord de la Bretagne au Haut Moyen Âge.

* Selon une autre hypothèse qui a eu longtemps cours, le nom serait d'origine anglo-saxonne et signifierait « Le pays des étrangers » en référence au cantonnement des Celtes d'Outre-Manche par les envahisseurs angles, saxons, jutes et frisons.

* Une troisième hypothèse, basée sur la traduction latine cornugallia, est invoquée par certains auteurs : cornugallia signifierait le coin de la Gaule, relativement à la situation géographique de la Cornouaille bretonne.

Antiquité tardive

Les deux Cornouaille(s) trouvent plus vraisemblablement leur origine commune à la fin du IIIe siècle : les incursions de pirates saxons, frisons et scots, associées aux pillages des bagaudes, contraignent les villes armoricaines (entre autres) à s'entourer en urgence de murailles dont les restes se voient encore à Alet, Brest, Nantes, Rennes et Vannes. Devant l'incurie de l'empire romain, le responsable de la défense des côtes, le ménapien Carausius (puis son successeur Allectus) établit entre 288 et 296 un empire séparé sur les côtes nord et sud de la Manche pour les garantir des invasions.

L'empereur Constance Chlore les vainc en 293 et 296 et, ayant rétabli l'unité de l'empire de ce côté, organise la défense côtière en transférant des Bretons en Armorique à partir de 296-297. Ces Bretons sont des Cornovii, peuple sans doute fidèle à Rome et choisi pour ce motif. Le chef-lieu de leur cité est à Viroconium Cornoviorum (l'actuelle Wroxeter) et ils occupent plus au nord le port de Deva (Chester). Les Cornovii étant chargés du contrôle militaire des pointes occidentales de la Bretagne et de l'Armorique, c’est-à-dire de l'ouest de la Manche, leur nom se serait conservé en ces lieux. Il ne s'agit donc pas d'une colonisation massive comme cela arrivera au VIe siècle, mais d'une occupation militaire.

Le Tractus armoricanus et nervicanus (administration militaire chargée du contrôle de toutes les côtes de Boulogne à la Gironde), et son bras armé, la Classis armoricana (Flotte armoricaine), ne sont créés proprement qu'en 370, sous le règne de l'empereur Valentinien Ier.

Haut Moyen Âge

D'autres princes sont dits avoir régné sur les côtes nord et sud de la Manche occidentale, comme le roi de Cornouaille Daniel Drem Rud au VIe siècle, et le fameux comte Conomor assimilé au roi Marc de la Cornouailles britannique (Marcus Cunomorus).

Entre 815 et 839, Egbert annexe le royaume breton de Cornouaille.

La Cornouaille armoricaine est mentionnée pour la première fois et indirectement entre 852 et 857 quand « l'évêque de Saint-Corentin », Anaweten, est qualifié de Cornugallensis (adj. latin dérivé de Cornugallia).

L'existence d'une commune d'Anjou dénommée « La Cornuaille » a suscité une hypothèse qui en ferait une appellation géographique ou militaire couvrant toute la Bretagne du Sud et faisant pendant à la Domnonée sur le rivage Nord au VIe siècle ou VIIe siècle.

Formation de la Bretagne

Au IXe siècle, il semble que le nom de Poher (pour Pou-Caer = Pays de la Ville ou Pays du Château ou Pays de Carhaix) se soit substitué à celui de Cornouaille. Par la suite, il fut réservé à la vallée de l'Aulne, dont la capitale était Carhaix.

À la fin du IXe siècle, le comté féodal de Cornouaille reprend le nom de l'ancien royaume. Sa dynastie accède au trône ducal, il passa à l'évêque de Quimper qui devient comte-évêque de Cornouaille jusqu'au XIe siècle où deux frères s'en répartissent les dignités.

La Cornouaille de nos jours

Composée de 218 communes (sur la base des communes actuelles), la Cornouaille comptait - au dernier recensement de 1999 - 456 307 habitants pour une superficie totale de 5 979 km².

Le nom a été repris officiellement en 2001 pour sa partie au sud d'une ligne Châteaulin-Scaër pour la circonscription de programmation « Pays de Cornouaille » composée de 112 communes (loi Voynet, 1999)

Share this panorama