0 Likes

Glycine Quimper
Cornouaille

Les glycines sont des plantes ligneuses et grimpantes du genre Wisteria. Elles sont cultivées comme plantes ornementales en raison de leurs grappes de fleurs printanières et de leurs épais feuillages. Selon les variétés, les fleurs sont violettes, bleues ou blanches. La longueur des inflorescences varie de 10 cm à un mètre pour Wisteria floribunda 'Macrobotrys'. Le nom Wisteria provient du Dr Caspar Wistar, un anatomiste de l'université de Pennsylvanie. Certaines variétés sont parfumées, parmi celles-ci les variétés telles que 'Rosea' ou 'Jacko'. Les glycines sont originaires des États-Unis, de Chine et du Japon. Les graines sont toxiques. L'espèce la plus connue est Wisteria sinensis (Sims) Sweet, la glycine de Chine, largement naturalisée en Europe occidentale. Autre espèce fréquente : Wisteria floribunda (Willd.) DC., la glycine du Japon.

Croissance et multiplication

Les glycines sont de croissance vigoureuse. Ainsi, un jeune sujet pourra voir sa croissance annuelle dépasser le mètre si les conditions sont optimales. De même, il est courant d'apercevoir des sujets âgés atteignant des volumes impressionnants. Un sujet issu de semis mettra, lui, une dizaine d'années avant de fleurir. La multiplication est plus facile à partir de boutures ou de marcottes d'exemplaires dont on connaît l'aptitude à fleurir

source wikipedia

Copyright: Dieter Kik
Type: Spherical
Resolution: 11736x5868
Uploaded: 19/10/2009
Updated: 23/06/2014
Views:

...


Tags: france; bretagne; finistere; cornouaille; quimper; prat maria; glycine; fleurs; printemps
comments powered by Disqus

dieter kik
Quimper rond point du Frugi Magnolia de Kobé 9922
dieter kik
Quimper Printemps Crocus
dieter kik
Quimper Printemps Arbre
dieter kik
Don Quichotte Marc Morvan Quimper
dieter kik
Eglise Locmaria Quimper Qel2
dieter kik
Eglise Locmaria Quimper Qel3
dieter kik
Eglise Locmaria Quimper Qel4
dieter kik
Eglise Locmaria Quimper Qel1
dieter kik
Quimper route de Benodet ail à trois angles 9887
dieter kik
Eglise Locmaria Quimper Qel 11
dieter kik
Eglise Locmaria Quimper Qel8
dieter kik
Eglise Locmaria Quimper Qel7
Henk Keijzer
2014-05-06 Unobstructed view from the Oriental Pearl Tower, Shanghai, China
kiyoharu takamura
Automatic playing pipe organ hall
zeljko soletic
Marché aux Fleurs de l’Île de la Cité
Шамiлов Iлья
Ostromechevskaya watchtower 35m above the ground (216 m) 07072013 Остромечевская сторожевая вышка 35м над землей (216 м)
Pascal Moulin
Dans le chœur de l'abbaye d'Hambye - France
Javier Torres
Sala de Cirugía de Grandes Animales
Jaime Brotons
Carrera de cuadrigas en La Alcudia, Elche
Marcio Cabral
Rio Elétrico al amanecer
Marcio Cabral
Magical Autumn
luis davilla
neocave of altamira in santillana del mar, spain
Carsten Arenz
Arches National Park - Sand Dune Arch 02
John Roberts
Castle Rock CG, Fremont Indian State Park, Utah, USA
dieter kik
Lambretta Gmz Motos anciennes Cap Horn Quimper 0055
dieter kik
Neige Passerelle Cg29 Odet Quimper
dieter kik
l arbre aux herons Machines de l ile de Nantes 7
dieter kik
Brunnen, Marktkirche St Benedikti Quedlinburg Sachsen Anhalt Germany 4672
dieter kik
Bambus Parc de la Mairie Pleuven Cornouaille
dieter kik
pointe penn al lann 2 Carantec
dieter kik
Jonglage Wasserspiele 2010 Multikulturelles Centrum Templin
dieter kik
Menhir Kerloas Plouarzel K6
dieter kik
Heidenheim Schloss Hellenstein rittersaal
dieter kik
Anse De Penfoul Benodet Finistere 2422
dieter kik
Port Du Vorlen Cleden Cap Sizun Finistere 1916
dieter kik
Champ de Jacinthes Saint-Jean-Trolimon
More About Cornouaille

Cornouaille Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Capitale historique Quimper Langue(s) Français - Breton Religion Catholique Superficie 5 979 Km² Population 456 307 (1999) Gwenn ha du.svg Portail de la Bretagne La Cornouaille (Kernev, Bro Gernev en breton) est un pays de Bretagne (à ne pas confondre avec la Cornouailles britannique, dont le nom s'écrit avec un "s"). Le gentilé de la Cornouaille bretonne est cornouaillais  e (le gentilé de la Cornouailles britannique est cornique). Étymologie Cornouaille se dit Kerne, Kernev ou Bro Gerne en breton, et Cornugallia en latin, parfois « Cornubia ». * Il est possible que ce nom lui ait été donné en référence à cette région de Cornouailles (Kernow), tout comme l'actuel Devon (ancienne Dumnonia) a donné son nom à la Domnonée qui désignait la côte Nord de la Bretagne au Haut Moyen Âge. * Selon une autre hypothèse qui a eu longtemps cours, le nom serait d'origine anglo-saxonne et signifierait « Le pays des étrangers » en référence au cantonnement des Celtes d'Outre-Manche par les envahisseurs angles, saxons, jutes et frisons. * Une troisième hypothèse, basée sur la traduction latine cornugallia, est invoquée par certains auteurs : cornugallia signifierait le coin de la Gaule, relativement à la situation géographique de la Cornouaille bretonne. Antiquité tardive Les deux Cornouaille(s) trouvent plus vraisemblablement leur origine commune à la fin du IIIe siècle : les incursions de pirates saxons, frisons et scots, associées aux pillages des bagaudes, contraignent les villes armoricaines (entre autres) à s'entourer en urgence de murailles dont les restes se voient encore à Alet, Brest, Nantes, Rennes et Vannes. Devant l'incurie de l'empire romain, le responsable de la défense des côtes, le ménapien Carausius (puis son successeur Allectus) établit entre 288 et 296 un empire séparé sur les côtes nord et sud de la Manche pour les garantir des invasions. L'empereur Constance Chlore les vainc en 293 et 296 et, ayant rétabli l'unité de l'empire de ce côté, organise la défense côtière en transférant des Bretons en Armorique à partir de 296-297. Ces Bretons sont des Cornovii, peuple sans doute fidèle à Rome et choisi pour ce motif. Le chef-lieu de leur cité est à Viroconium Cornoviorum (l'actuelle Wroxeter) et ils occupent plus au nord le port de Deva (Chester). Les Cornovii étant chargés du contrôle militaire des pointes occidentales de la Bretagne et de l'Armorique, c’est-à-dire de l'ouest de la Manche, leur nom se serait conservé en ces lieux. Il ne s'agit donc pas d'une colonisation massive comme cela arrivera au VIe siècle, mais d'une occupation militaire. Le Tractus armoricanus et nervicanus (administration militaire chargée du contrôle de toutes les côtes de Boulogne à la Gironde), et son bras armé, la Classis armoricana (Flotte armoricaine), ne sont créés proprement qu'en 370, sous le règne de l'empereur Valentinien Ier. Haut Moyen Âge D'autres princes sont dits avoir régné sur les côtes nord et sud de la Manche occidentale, comme le roi de Cornouaille Daniel Drem Rud au VIe siècle, et le fameux comte Conomor assimilé au roi Marc de la Cornouailles britannique (Marcus Cunomorus). Entre 815 et 839, Egbert annexe le royaume breton de Cornouaille. La Cornouaille armoricaine est mentionnée pour la première fois et indirectement entre 852 et 857 quand « l'évêque de Saint-Corentin », Anaweten, est qualifié de Cornugallensis (adj. latin dérivé de Cornugallia). L'existence d'une commune d'Anjou dénommée « La Cornuaille » a suscité une hypothèse qui en ferait une appellation géographique ou militaire couvrant toute la Bretagne du Sud et faisant pendant à la Domnonée sur le rivage Nord au VIe siècle ou VIIe siècle. Formation de la Bretagne Au IXe siècle, il semble que le nom de Poher (pour Pou-Caer = Pays de la Ville ou Pays du Château ou Pays de Carhaix) se soit substitué à celui de Cornouaille. Par la suite, il fut réservé à la vallée de l'Aulne, dont la capitale était Carhaix. À la fin du IXe siècle, le comté féodal de Cornouaille reprend le nom de l'ancien royaume. Sa dynastie accède au trône ducal, il passa à l'évêque de Quimper qui devient comte-évêque de Cornouaille jusqu'au XIe siècle où deux frères s'en répartissent les dignités. La Cornouaille de nos jours Composée de 218 communes (sur la base des communes actuelles), la Cornouaille comptait - au dernier recensement de 1999 - 456 307 habitants pour une superficie totale de 5 979 km². Le nom a été repris officiellement en 2001 pour sa partie au sud d'une ligne Châteaulin-Scaër pour la circonscription de programmation « Pays de Cornouaille » composée de 112 communes (loi Voynet, 1999)