1 Like

Le Guiligui
Pays de Léon

Le site du Guilliguy comporte trois monuments : une allée couverte, un menhir et une croix.

Guilliguy signifierait L'ermitage du petit bois ou Le petit bois de l'ermitage (En vieux breton : killi = petit bois ou bocage ; guic ou gui = ermitage).

"C'est debout sur la pointe du Guiliguy, appuyé à un dolmen, les yeux rivés sur la mer qu'il faut aller méditer quand la vie étroite du monde vous blesse; on devient fort à cet air de l'océan qui vous coule dans la poitrine. On se sent retrempé et vivace" (E.Souvestre)

Copyright: Zaellig
Type: Spherical
Resolution: 6000x3000
Uploaded: 09/03/2014
Updated: 18/09/2014
Views:

...


Tags: nature; stone; prehistoric; portsall; bretagne
comments powered by Disqus

dieter kik
l ancre de l Amoco Cadiz
Zaellig
A l'intérieur du cairn de l'Ile Carn
dieter kik
Ploudalmezeau Chateau d eau 25
dieter kik
creperie Ploudalmezeau Chateau d eau
dieter kik
creperie bateau fleur des thes port Argenton 1
dieter kik
Argenton Port Finistere A2
dieter kik
Argenton Port Finistere A3
dieter kik
la cote presqu'ile St Laurent Porspoder
dieter kik
presqu ile st laurent porspoder
dieter kik
Pecheurs presqu ile st Laurent Porspoder
dieter kik
Le cheval breton de Bernard Magueur Porspoder
dieter kik
presqu ile st Laurent Porspoder
T. Emrich
Wendelstein Cable Railway
Mikhail Dunaev
The Alexander Nevsky Chapel.
Martin Hertel
Riemann-Hut in Austria
José María Moreno Santiago
Toledo, the door of Cambrón
José María Moreno Santiago
Toledo, Cave of Hercules
Tom Sadowski
Fishing Vessel Hotspur at the Small Boat Harbor in Valdez, Alaska
jacky cheng
Jixi Fengcun ancient villages - village street -2
Mikhail Dunaev
Church of the Saviour-at-Gorod. 1672
Mikhail Dunaev
The Transfiguration Cathedral. Spassky Monastery.
Yasuhiro Muranaka
Tenjinmaturi
Thomas Humeau
Embankment of the Mont Saint Michel
Pavel Bogdanov
Fireworks on the day of Pyatigorsk
Zaellig
Les Trois Pierres d'Erquy (anse des Célèzes-Port-Blanc)
Zaellig
L'abbaye Notre-Dame-du-Nid-au-Merle
Zaellig
La Grotte d'Arthus
Zaellig
Le Château de Saint Gilles de Bretagne à Créhen
Zaellig
Maðkavík
Zaellig
A l'intérieur du cairn de l'Ile Carn
Zaellig
Lonely house near Grindavík
Zaellig
Arc de Triomphe in snowy Paris
Zaellig
Le Gobie doré
Zaellig
Les carrelets de la Baie d'Yves
Zaellig
Þjóðvegur 1 Lava Field
Zaellig
Sur l'étang de La Cantache
More About Pays de Léon

Pays de Léon Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Capitale historique Saint-Pol-de-Léon Langue(s) Français - Breton léonard Religion Catholique Superficie 2 019 Km² Population 405 082 (1999) Le Léon ou Léonais, appelé autrefois Loonois (bro Leon en breton), est une région de Bretagne, ancienne vicomté, évêché, baronnie, bailli et province fiscale à laquelle ses habitants s'identifient encore aujourd'hui très fortement Elle est limitée à l'est par la rivière de Morlaix (Dosenn en breton, confluent des rivières Queffleut et Jarlot), frontière avec le Trégor, au sud par les contreforts des monts d'Arrée et par le fleuve de l'Élorn, frontière avec la Cornouaille et particulièrement au niveau du Pont de Rohan Ces frontières sont celles de l'ancien évêché de Léon, lequel regroupait trois pays érigés au XIIIe siècle en archidiaconnés : le Léon proprement dit, appelé aussi Haut Léon (Gourre Leoun); à l'ouest de l'Aber Wrac'h, le pays d'Ach, dont le nom s'écrit aujourd'hui Ac'h; et entre les deux le fief d'Illy (Kemenet Illi) centré sur Lesneven. Le Léon constituait au Haut Moyen Âge la partie la plus occidentale de la Domnonée. Administrativement (sénéchaussées, juridictions), les frontières étaient un peu plus étendues vers le sud où elles ont varié. Outre une vicomté dirigé par un évêque, le Léon était une des sept baronnies des États de Bretagne, citée aux assises de Geoffroy en 1185. Comme le pouvoir local était exercé par l'évêque-comte, cette baronnie permettait à peu de frais à la même famille de Rohan, héritière de la vicomté de Léon au XIVe siècle et par ailleurs seigneur de la baronnie de Rohan dans le Vannetais, de cumuler les charges. Les Rohan usant du titre de prince, ils se sont honorés de celui de prince du Léon sans que le Léon n'ait pu jouir de celui de principauté. Étymologie Le nom de Léon, prononcé en léonard [leun] avec un "n" finale très nasal et évanescent, c'est-à-dire « léoun' » si on utilise l'orthographe française, était expliqué autrefois par les prêtres du diocèse comme venant du latin leonis, la bête christianisée par saint Pol Aurélien lors de son arrivée dans la ville déserte de son cousin Gwithur, identifiée à un lion[réf. nécessaire]. D'autres ramenaient l'étymologie à un castellum legionensis, et, pour appuyer leur hypothèse, voyaient là la preuve qu'une légion romaine avait stationné à l'emplacement de l'actuelle commune de Saint-Pol-de-Léon. En fait aucun document ne corrobore ces étymologies. La mention la plus ancienne, soit ca. 1170, est celle du roman de Tristan et Iseut de Béroul[2], à savoir l'ancien français Loonois, sans rapport avec le lion ou la légion. Le problème est que le latin leo, ni même legio, n'était pas passé dans le vocabulaire de l'ancien breton, a fortiori pas sous sa forme du cas régime de l'ancien français se terminant par un « n ». Un étymon plausible est l'ancien breton litau qui désignait le rivage continental aux bretons insulaires, qui a donné LLyddaw en gallois et aurait donné en breton moyen Lezoun puis par une substitution qui s'observe plus souvent à l'initiale (v.g. Sabrina - Havren) Lehoun. L'absence de documents en breton moyen ne permettra jamais d'infirmer ou confirmer cette étymologie, ou une autre mais le strict respect des règles de l'étymologie bretonne appelle un ligau, non attesté, plutôt qu'un litau. Cependant on dispose de la mention, en latin, du terme de Letewicion et surtout du terme Letavia pour désigner l'ensemble de la Bretagne. Il est possible que le sens de ce terme ait été réduit à la partie la plus anciennement colonisée au IVe siècle, le Léon, comme semble en garder le souvenir de la légende de Conan Meriadec localisée à Plougoulm, après que ce soit produit une seconde colonisation à l'origine de la Domnonée et de la Cornouaille. On sait en effet que le Léon ne faisait pas partie de la Domnonée lors de la création de celle ci. On aurait là avec le terme de Léon, une évolution un peu semblable à celui de France, qui désignait d'abord tout le territoire de la Gaule puis seulement un pays de quelques kilomètres carrés au nord de Paris. Là encore, l'étaiement de toute hypothèse restera toujours faible. Si l'on veut remonter à un hypothétique ligau ou antérieurement ligan, plus conforme mais non attesté, les étymons possibles sont la province irlandaise de Laghain ou bien encore Lugdun, littéralement « forteresse de Lug », qui a effectivement donné, par extension du nom de la capitale Lyon, son nom à la Gaule celtique conquise, la Lyonnaise, et plus particulièrement à l'Armorique, la Lyonnaise III. Dans ce cas, le nom aurait subit la même réduction de sens de la province à une de ses parties la plus anciennement colonisée. La forme ancienne française "Loonois", qui a donné en français moderne "Léonais", tendrait à supposer un "loones" issu de "Lodonesia", ancien nom du comté britonnique de Lodain. Il y aurait là une étymologie commune avec le royaume légendaire de Lyonesse localisé dans les îles Sorlingues mais il est possible que ce royaume englouti de Lyonesse soit un "Lyon enes", c'est-à-dire île de Léon, ce qui nous renvoie à notre point de départ. Quelle que soit l'étymologie, le toponyme renvoie, comme beaucoup de toponymes bretons, à un lieu de Bretagne insulaire, en l'occurrence la presqu'île du Nord du Pays de Galles, Lleyn (cf. infra sub "Colonisations bretonnes"), dont l'étymologie est tout aussi problématique. Géographie Le Léon est baigné par la mer d'Iroise et la Manche, que sépare la pointe de Corsen. C'est un plateau granitique surélevé par rapport au niveau de la mer, ce qui donne à ses côtes envahies par la mer un relief marqué par des rias, appelées aber en breton, et deux baies d'un intérêt géographique de premier ordre, la rade de Brest et la baie de Morlaix. Ces deux baies se prolongent dans l'intérieur des terres par des vallées encaissées, celle de l'Elorn et et celle de l'Horn, qui constituent à elles deux la limite naturelle du plateau. Au-delà, montent les contreforts gagnés sur la lande des monts d'Arrée et dominés par un affleurement rocheux. Le plateau en revanche est aujourd'hui un damier très serré de bocage. Son avancée dans la mer lui permet de bénéficier de la douceur du climat marin, en des endroits abrités du vent jusqu'à l'illusion (cf. jardins exotiques de Roscoff et de l'île de Batz).