0 Likes

île cité de concarneau
Cornouaille
Le nom breton de la commune est Konk-Kerne. Le nom de la localité est attesté sous les formes Conc en 1279[réf. nécessaire], Chonc vers 1330[réf. nécessaire], Conca au XIIIe siècle8, Cuncheto en 1235 - 12398, Conchet au XVe siècle8, Conq en 1407, Concarneau en 1489.[réf. nécessaire] Le premier élément Conc- (Konk- en breton) représente le breton konk (autrement graphiés conc ou concq) « anse, abri, port, baie petit golfe »9,10. Ce terme désigne également une grande coquille selon Grégoire de Rostrenen, un coin ou une pointe selon Pelletier et selon le Catholicon (vieux dictionnaire breton), il s'agit d'un emprunt au latin concha « coquillage, coquille », lui-même d'origine grecque κο'γχη et qui a également donné le français conque. Les formes anciennes montrent que l'adjonction du second élément -[c]arneau est tardive. Il s'agit du breton kerneo « Cornouaille » dont la finale -eo a été rendue par la terminaison -eau en français. En breton moderne, on note Kernev « Cornouaille » Ainsi, selon les traductions Concarneau signifie « abri, anse ou baie de Cornouaille » qui peut être comparé à Konk-Leon (Le Conquet) signifiant donc anse ou baie du Léon. Le toponyme correspond bien à la situation de la ville, bâtie dès son origine sur une île au milieu d'une ria. Ref: http://fr.wikipedia.org/wiki/Concarneau
Copyright: Michel m a l h e r b e.
Type: Spherical
Resolution: 10000x5000
Uploaded: 05/08/2014
Updated: 06/08/2014
Views:

...


Tags: concarneau; bretagne
comments powered by Disqus

dieter kik
Le Glacier de la Ville Close Concarneau 12
Michel M A L H E R B E.
île cité - Concarneau
dieter kik
Danse bretonne mode d'employe Ville Close Concarneau Cc4
Michel M A L H E R B E.
Ville close de Concarneau
dieter kik
vue par dessus de l'enceinte ville close concarneau cc9
dieter kik
Drapeaux Fortifications Ville Close Concarneau Cc13
dieter kik
Bonduelle Horloge Beffroy Ville Close Concarneau Cc10
dieter kik
Harpe et Violine la Ville Close Fete Filets Bleus Concarneau
dieter kik
Ville Close Concarneau Cc40
dieter kik
Palmier Ville Close Concarneau Cc43
dieter kik
La Ville Close Fete Filets Bleus Concarneau 10
dieter kik
Glacier Ville Close Concarneau Bretagne France
Thomas Schwarz
Wiesbaden Igstadt Sunset
Ingo Tolks
Pizza is ready!
Unkle Kennykoala
Canberra - Lake Ginninderra / John Knight Memorial Park
Alan McLean (Albiphotography)
Kilchurn Castle , Loch Awe , Scotland
Littleplanet.nl - Roelof de Vries
On top of a windmill
miki arregui
BONRETORN AFTER FIRE
bibouroku tabito
Santa Claus carries "a pig causing happiness" Ⅰ  (Shizuoka City)
Marco den Herder
Eindhoven - Skating rink in the city centre (lights: Luminarie de Cagna)
Thomas Stano
The Double Arch
Sasa Vukovic
Shëngjin - Albania, Medova, Sveti Jovan Medovski (it. San Giovanni di Medua, en. St. John)
roman codavr
Kyrgyzstan, Middle Tyan-Shan,Terskey, Archator, elevation 3920m
Thomas Stano
Low Tide
Michel M A L H E R B E.
Gordes place du Château
Michel M A L H E R B E.
Gare de Chindrieux
Michel M A L H E R B E.
Fort Victor Emmanuel
Michel M A L H E R B E.
Au bout de la route
Michel M A L H E R B E.
Théâtre de St Leu
Michel M A L H E R B E.
Le Maïdo, vue sur le cirque de Mafate.
Michel M A L H E R B E.
Piste de Rollers (In French: Patins à roulettes!)
Michel M A L H E R B E.
Le Château Turpault
Michel M A L H E R B E.
Lave du piton de la fournaise
Michel M A L H E R B E.
Chambéry - place St Léger
Michel M A L H E R B E.
Port de Châtillon
Michel M A L H E R B E.
Le souffleur
More About Cornouaille

Cornouaille Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Capitale historique Quimper Langue(s) Français - Breton Religion Catholique Superficie 5 979 Km² Population 456 307 (1999) Gwenn ha du.svg Portail de la Bretagne La Cornouaille (Kernev, Bro Gernev en breton) est un pays de Bretagne (à ne pas confondre avec la Cornouailles britannique, dont le nom s'écrit avec un "s"). Le gentilé de la Cornouaille bretonne est cornouaillais  e (le gentilé de la Cornouailles britannique est cornique). Étymologie Cornouaille se dit Kerne, Kernev ou Bro Gerne en breton, et Cornugallia en latin, parfois « Cornubia ». * Il est possible que ce nom lui ait été donné en référence à cette région de Cornouailles (Kernow), tout comme l'actuel Devon (ancienne Dumnonia) a donné son nom à la Domnonée qui désignait la côte Nord de la Bretagne au Haut Moyen Âge. * Selon une autre hypothèse qui a eu longtemps cours, le nom serait d'origine anglo-saxonne et signifierait « Le pays des étrangers » en référence au cantonnement des Celtes d'Outre-Manche par les envahisseurs angles, saxons, jutes et frisons. * Une troisième hypothèse, basée sur la traduction latine cornugallia, est invoquée par certains auteurs : cornugallia signifierait le coin de la Gaule, relativement à la situation géographique de la Cornouaille bretonne. Antiquité tardive Les deux Cornouaille(s) trouvent plus vraisemblablement leur origine commune à la fin du IIIe siècle : les incursions de pirates saxons, frisons et scots, associées aux pillages des bagaudes, contraignent les villes armoricaines (entre autres) à s'entourer en urgence de murailles dont les restes se voient encore à Alet, Brest, Nantes, Rennes et Vannes. Devant l'incurie de l'empire romain, le responsable de la défense des côtes, le ménapien Carausius (puis son successeur Allectus) établit entre 288 et 296 un empire séparé sur les côtes nord et sud de la Manche pour les garantir des invasions. L'empereur Constance Chlore les vainc en 293 et 296 et, ayant rétabli l'unité de l'empire de ce côté, organise la défense côtière en transférant des Bretons en Armorique à partir de 296-297. Ces Bretons sont des Cornovii, peuple sans doute fidèle à Rome et choisi pour ce motif. Le chef-lieu de leur cité est à Viroconium Cornoviorum (l'actuelle Wroxeter) et ils occupent plus au nord le port de Deva (Chester). Les Cornovii étant chargés du contrôle militaire des pointes occidentales de la Bretagne et de l'Armorique, c’est-à-dire de l'ouest de la Manche, leur nom se serait conservé en ces lieux. Il ne s'agit donc pas d'une colonisation massive comme cela arrivera au VIe siècle, mais d'une occupation militaire. Le Tractus armoricanus et nervicanus (administration militaire chargée du contrôle de toutes les côtes de Boulogne à la Gironde), et son bras armé, la Classis armoricana (Flotte armoricaine), ne sont créés proprement qu'en 370, sous le règne de l'empereur Valentinien Ier. Haut Moyen Âge D'autres princes sont dits avoir régné sur les côtes nord et sud de la Manche occidentale, comme le roi de Cornouaille Daniel Drem Rud au VIe siècle, et le fameux comte Conomor assimilé au roi Marc de la Cornouailles britannique (Marcus Cunomorus). Entre 815 et 839, Egbert annexe le royaume breton de Cornouaille. La Cornouaille armoricaine est mentionnée pour la première fois et indirectement entre 852 et 857 quand « l'évêque de Saint-Corentin », Anaweten, est qualifié de Cornugallensis (adj. latin dérivé de Cornugallia). L'existence d'une commune d'Anjou dénommée « La Cornuaille » a suscité une hypothèse qui en ferait une appellation géographique ou militaire couvrant toute la Bretagne du Sud et faisant pendant à la Domnonée sur le rivage Nord au VIe siècle ou VIIe siècle. Formation de la Bretagne Au IXe siècle, il semble que le nom de Poher (pour Pou-Caer = Pays de la Ville ou Pays du Château ou Pays de Carhaix) se soit substitué à celui de Cornouaille. Par la suite, il fut réservé à la vallée de l'Aulne, dont la capitale était Carhaix. À la fin du IXe siècle, le comté féodal de Cornouaille reprend le nom de l'ancien royaume. Sa dynastie accède au trône ducal, il passa à l'évêque de Quimper qui devient comte-évêque de Cornouaille jusqu'au XIe siècle où deux frères s'en répartissent les dignités. La Cornouaille de nos jours Composée de 218 communes (sur la base des communes actuelles), la Cornouaille comptait - au dernier recensement de 1999 - 456 307 habitants pour une superficie totale de 5 979 km². Le nom a été repris officiellement en 2001 pour sa partie au sud d'une ligne Châteaulin-Scaër pour la circonscription de programmation « Pays de Cornouaille » composée de 112 communes (loi Voynet, 1999)