1 Like

phare de Pontusval pointe Beg-Pol Brignogan Pr5
Pays de Léon

Phare de Pontusval

Localisation     Brignogan-Plages, Finistère, France
Construction     1865-69
Hauteur     14,5 m
Élévation     18,3 m
Portée     10 milles
Feux     à secteur blanc et rouge 12 s
Le phare de Pontusval est érigé sur la pointe de Beg-Pol, commune de Brignogan-Plages. La construction du phare fut décidée suite à de nombreux naufrages sur la côte, et fut terminée en juin 1869. Le premier allumage eut lieu le 15 septembre 1869.
Le phare sert de relais entre le phare de l'Île Vierge et le phare de l'Île de Batz.
Cinquante-deux marches permettent d'atteindre le sommet.

View More »

Copyright: Dieter kik
Type: Spherical
Resolution: 6320x3160
Uploaded: 18/11/2009
Updated: 23/06/2014
Views: 5138
comments powered by Disqus

dieter kik
phare de Pontusval pointe Beg-Pol Brignogan Pr7
dieter kik
phare de Pontusval pointe Beg-Pol Brignogan Pr4
dieter kik
phare de Pontusval pointe Beg-Pol Brignogan Pr1
dieter kik
chapelle Pol et guerite des gardes Brignogan Finistere
dieter kik
chapelle Pol Brignogan Finistere 5
dieter kik
chapelle Pol Brignogan Finistere
dieter kik
chapelle Pol Brignogan Finistere 7
dieter kik
chapelle Pol Brignogan Finistere
dieter kik
Chaos Rocheux Brignogan bloc erratique?
dieter kik
Menhir Men Marz Brignogan Finistere M1
dieter kik
Menhir Men Marz Brignogan Finistere M5
dieter kik
Menhir Men Marz Brignogan Finistere M3
Chris Witzani
Museum of Iron and Steel - The top of the oldest existing blast furnace in the region
Andrea Biffi
Pavia - Palazzo Mezzabarba
William Allard
Aerial views from Walton Hill
Min Heo
Zabriskie Point, Death Valley
yunzen liu
the Statue of Guanyin in the South Sea of Sanya
Richard Chesher
Windsurfing Noumea Anse Vata Beach
Patrick Hegarty
Leicster Square
William Allard
Stourhead Grotto
Chris Witzani
Hochofen rundblick industriemuseum henrichshuette hattingen panorama 4
yunzen liu
zhuomahu ---plateau lakes  in Bipenggou
Jan Koehn
Casares
Pawel-Piotr-Jakubowscy
Polska Jura Krakowsko Czestochowska Ogrodzieniec 023
dieter kik
Chapelle Notre-Dame-de-la-Clarté St Vennec Combrit Finistere 2255
dieter kik
Mairie Pont Croix Finistere
dieter kik
Neige du Frugy Quimper Qn38
dieter kik
Spectacle le grand Quimper 1211
dieter kik
Schmale Strasse, Gold Strasse Quedlinburg Germany 4715
dieter kik
Cleden-Cap-Sizun Pors Theolen
dieter kik
Luise Ebrel et Ifig Flatres au Fest Noz Chapeau Rouge Quimper Finistere
dieter kik
Villa Cheminee de Tatzu Nishi Nantes 2009 C8
dieter kik
Forest Combrit Finistere wc 15
dieter kik
Machines de l ile de Nantes 9
dieter kik
Schinkel Kirche Annenwalde
dieter kik
Sainte-Anne-d'Auray Morbihan, France 3604
More About Pays de Léon

Pays de Léon Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Capitale historique Saint-Pol-de-Léon Langue(s) Français - Breton léonard Religion Catholique Superficie 2 019 Km² Population 405 082 (1999) Le Léon ou Léonais, appelé autrefois Loonois (bro Leon en breton), est une région de Bretagne, ancienne vicomté, évêché, baronnie, bailli et province fiscale à laquelle ses habitants s'identifient encore aujourd'hui très fortement Elle est limitée à l'est par la rivière de Morlaix (Dosenn en breton, confluent des rivières Queffleut et Jarlot), frontière avec le Trégor, au sud par les contreforts des monts d'Arrée et par le fleuve de l'Élorn, frontière avec la Cornouaille et particulièrement au niveau du Pont de Rohan Ces frontières sont celles de l'ancien évêché de Léon, lequel regroupait trois pays érigés au XIIIe siècle en archidiaconnés : le Léon proprement dit, appelé aussi Haut Léon (Gourre Leoun); à l'ouest de l'Aber Wrac'h, le pays d'Ach, dont le nom s'écrit aujourd'hui Ac'h; et entre les deux le fief d'Illy (Kemenet Illi) centré sur Lesneven. Le Léon constituait au Haut Moyen Âge la partie la plus occidentale de la Domnonée. Administrativement (sénéchaussées, juridictions), les frontières étaient un peu plus étendues vers le sud où elles ont varié. Outre une vicomté dirigé par un évêque, le Léon était une des sept baronnies des États de Bretagne, citée aux assises de Geoffroy en 1185. Comme le pouvoir local était exercé par l'évêque-comte, cette baronnie permettait à peu de frais à la même famille de Rohan, héritière de la vicomté de Léon au XIVe siècle et par ailleurs seigneur de la baronnie de Rohan dans le Vannetais, de cumuler les charges. Les Rohan usant du titre de prince, ils se sont honorés de celui de prince du Léon sans que le Léon n'ait pu jouir de celui de principauté. Étymologie Le nom de Léon, prononcé en léonard [leun] avec un "n" finale très nasal et évanescent, c'est-à-dire « léoun' » si on utilise l'orthographe française, était expliqué autrefois par les prêtres du diocèse comme venant du latin leonis, la bête christianisée par saint Pol Aurélien lors de son arrivée dans la ville déserte de son cousin Gwithur, identifiée à un lion[réf. nécessaire]. D'autres ramenaient l'étymologie à un castellum legionensis, et, pour appuyer leur hypothèse, voyaient là la preuve qu'une légion romaine avait stationné à l'emplacement de l'actuelle commune de Saint-Pol-de-Léon. En fait aucun document ne corrobore ces étymologies. La mention la plus ancienne, soit ca. 1170, est celle du roman de Tristan et Iseut de Béroul[2], à savoir l'ancien français Loonois, sans rapport avec le lion ou la légion. Le problème est que le latin leo, ni même legio, n'était pas passé dans le vocabulaire de l'ancien breton, a fortiori pas sous sa forme du cas régime de l'ancien français se terminant par un « n ». Un étymon plausible est l'ancien breton litau qui désignait le rivage continental aux bretons insulaires, qui a donné LLyddaw en gallois et aurait donné en breton moyen Lezoun puis par une substitution qui s'observe plus souvent à l'initiale (v.g. Sabrina - Havren) Lehoun. L'absence de documents en breton moyen ne permettra jamais d'infirmer ou confirmer cette étymologie, ou une autre mais le strict respect des règles de l'étymologie bretonne appelle un ligau, non attesté, plutôt qu'un litau. Cependant on dispose de la mention, en latin, du terme de Letewicion et surtout du terme Letavia pour désigner l'ensemble de la Bretagne. Il est possible que le sens de ce terme ait été réduit à la partie la plus anciennement colonisée au IVe siècle, le Léon, comme semble en garder le souvenir de la légende de Conan Meriadec localisée à Plougoulm, après que ce soit produit une seconde colonisation à l'origine de la Domnonée et de la Cornouaille. On sait en effet que le Léon ne faisait pas partie de la Domnonée lors de la création de celle ci. On aurait là avec le terme de Léon, une évolution un peu semblable à celui de France, qui désignait d'abord tout le territoire de la Gaule puis seulement un pays de quelques kilomètres carrés au nord de Paris. Là encore, l'étaiement de toute hypothèse restera toujours faible. Si l'on veut remonter à un hypothétique ligau ou antérieurement ligan, plus conforme mais non attesté, les étymons possibles sont la province irlandaise de Laghain ou bien encore Lugdun, littéralement « forteresse de Lug », qui a effectivement donné, par extension du nom de la capitale Lyon, son nom à la Gaule celtique conquise, la Lyonnaise, et plus particulièrement à l'Armorique, la Lyonnaise III. Dans ce cas, le nom aurait subit la même réduction de sens de la province à une de ses parties la plus anciennement colonisée. La forme ancienne française "Loonois", qui a donné en français moderne "Léonais", tendrait à supposer un "loones" issu de "Lodonesia", ancien nom du comté britonnique de Lodain. Il y aurait là une étymologie commune avec le royaume légendaire de Lyonesse localisé dans les îles Sorlingues mais il est possible que ce royaume englouti de Lyonesse soit un "Lyon enes", c'est-à-dire île de Léon, ce qui nous renvoie à notre point de départ. Quelle que soit l'étymologie, le toponyme renvoie, comme beaucoup de toponymes bretons, à un lieu de Bretagne insulaire, en l'occurrence la presqu'île du Nord du Pays de Galles, Lleyn (cf. infra sub "Colonisations bretonnes"), dont l'étymologie est tout aussi problématique. Géographie Le Léon est baigné par la mer d'Iroise et la Manche, que sépare la pointe de Corsen. C'est un plateau granitique surélevé par rapport au niveau de la mer, ce qui donne à ses côtes envahies par la mer un relief marqué par des rias, appelées aber en breton, et deux baies d'un intérêt géographique de premier ordre, la rade de Brest et la baie de Morlaix. Ces deux baies se prolongent dans l'intérieur des terres par des vallées encaissées, celle de l'Elorn et et celle de l'Horn, qui constituent à elles deux la limite naturelle du plateau. Au-delà, montent les contreforts gagnés sur la lande des monts d'Arrée et dominés par un affleurement rocheux. Le plateau en revanche est aujourd'hui un damier très serré de bocage. Son avancée dans la mer lui permet de bénéficier de la douceur du climat marin, en des endroits abrités du vent jusqu'à l'illusion (cf. jardins exotiques de Roscoff et de l'île de Batz).