0 Likes

Pointe de Combrit Sainte Marine Finistere 9572
Cornouaille

http://fr.wikipedia.org/wiki/Combrit

La commune dispose d'un port de plaisance, Sainte-Marine, qui est situé à l'embouchure de l'Odet, sur la rive opposée à celle abritant le port de Bénodet.
Cette commune abrite des vestiges néolithiques et gallo-romains.
C'est une ancienne paroisse, née probablement au VIe siècle, dont ont été détachés l'actuelle commune de l'Île-Tudy et l'ancien faubourg de Lambour, rattaché à la commune de Pont-l'Abbé. Au Moyen Âge, cette paroisse est presque entièrement incluse dans le baronnie de Pont-l'Abbé.
Combrit est connue pour des faits liés à la Révolte des Bonnets rouges en 1675. Son église fut alors découronnée et ne retrouva son clocher qu'un siècle plus tard, grâce à Jean-François Euzenou de Kersalaun, l'un des meneurs de la résistance du parlement de Bretagne sous le procureur général La Chalotais, contre le roi Louis XV. On a émis l'hypothèse que la prononciation en langue bretonne du nom de l'architecte de ce clocher, nommé Bigot, serait à l'origine du mot bigouden.
Le peintre Lucien Simon (1861 - 1945) y acquit un ancien sémaphore de la Marine nationale et y installa son atelier où il travailla durant de longues années, rayonnant de là pour observer et peindre les réalités villageoises et côtières de son époque. Alfred Marzin (1880-1943) peignit aussi abondamment la région.
Jacques de Thézac (1862 - 1936) yachtman, ethnologue, photographe et philanthrope français, fondateur de l'Œuvre des Abris du marin, il fut à l'initiative de celui de Sainte Marine
En breton la commune se nomme Kombrid. L’adhésion à la charte Ya d'ar brezhoneg a été votée par le Conseil municipal le 29 mai 2008.

View More »

Copyright: Dieter Kik
Type: Spherical
Resolution: 8478x4239
Uploaded: 21/09/2011
Updated: 23/06/2014
Views:

...


Tags: atlantic coast; seamark; sun
comments powered by Disqus

dieter kik
Phare Ste Marine
dieter kik
Plage de Ste Marine
dieter kik
Fireworks Combrit Benodet Finistere France
dieter kik
Estuaire Odet Ste Marine
dieter kik
Benodet Phare le Coq
dieter kik
Steps To Atlantis Combrit Finistere
dieter kik
Benodet plage
dieter kik
Plage de Benodet 08 11 2009
dieter kik
chapelle ext2 Ste Marine
dieter kik
Port de Ste Marine
dieter kik
sainte-marine-chapelle int
dieter kik
Port Bateau Ste Marine
Bernhard Ehrminger
Cows, the Seealp and Seealpsee
Jan Totzek
Ales Stenar during sunrise
Franja Bezdan
Aqua Park3 Hotel Mediteran
Dmitriy Krasko
Coliseum. 1st floor
Andrea Biffi
abbazia di Novacella a Varna - Südtirol
Milo Timbol
Our Lady of the Most Holy Rosary, Mother of Peace Grotto in Caramoan Islands
Jedsada Puangsaichai
Ferry Cruise Hellesylt - Geiranger, Geiranger Fjord, Norway
Andrea Biffi
il Castello di Brunico - Südtirol
Milo Timbol
Sandbar in Caramoan Islands
Dmitriy Krasko
Sousse's Medina - market place
David Kadlec
Sea Wolf Film Set - The Captains Quarters
Rafael DeVill
University Salamanca
dieter kik
Port Rhu Douarnenez
dieter kik
Place de la Republique Pont Croix Finistere
dieter kik
Prospering Holly Quimper
dieter kik
Benodet Phare le Coq
dieter kik
Penmarch Plage Toul Al Ster
dieter kik
Zone Pietonne Nettoyage Odet Quimper France 1701
dieter kik
Reutlingen Genkingen
dieter kik
Collégiale Saint-Quiriace de Provins Seine et Marne France 3959
dieter kik
Port de Ste Marine
dieter kik
Eglise Coat Meal Finistere 15
dieter kik
Plage de Ste Marine
dieter kik
Fontaine Ile Saint Cado Morbihan 2801
More About Cornouaille

Cornouaille Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Capitale historique Quimper Langue(s) Français - Breton Religion Catholique Superficie 5 979 Km² Population 456 307 (1999) Gwenn ha du.svg Portail de la Bretagne La Cornouaille (Kernev, Bro Gernev en breton) est un pays de Bretagne (à ne pas confondre avec la Cornouailles britannique, dont le nom s'écrit avec un "s"). Le gentilé de la Cornouaille bretonne est cornouaillais  e (le gentilé de la Cornouailles britannique est cornique). Étymologie Cornouaille se dit Kerne, Kernev ou Bro Gerne en breton, et Cornugallia en latin, parfois « Cornubia ». * Il est possible que ce nom lui ait été donné en référence à cette région de Cornouailles (Kernow), tout comme l'actuel Devon (ancienne Dumnonia) a donné son nom à la Domnonée qui désignait la côte Nord de la Bretagne au Haut Moyen Âge. * Selon une autre hypothèse qui a eu longtemps cours, le nom serait d'origine anglo-saxonne et signifierait « Le pays des étrangers » en référence au cantonnement des Celtes d'Outre-Manche par les envahisseurs angles, saxons, jutes et frisons. * Une troisième hypothèse, basée sur la traduction latine cornugallia, est invoquée par certains auteurs : cornugallia signifierait le coin de la Gaule, relativement à la situation géographique de la Cornouaille bretonne. Antiquité tardive Les deux Cornouaille(s) trouvent plus vraisemblablement leur origine commune à la fin du IIIe siècle : les incursions de pirates saxons, frisons et scots, associées aux pillages des bagaudes, contraignent les villes armoricaines (entre autres) à s'entourer en urgence de murailles dont les restes se voient encore à Alet, Brest, Nantes, Rennes et Vannes. Devant l'incurie de l'empire romain, le responsable de la défense des côtes, le ménapien Carausius (puis son successeur Allectus) établit entre 288 et 296 un empire séparé sur les côtes nord et sud de la Manche pour les garantir des invasions. L'empereur Constance Chlore les vainc en 293 et 296 et, ayant rétabli l'unité de l'empire de ce côté, organise la défense côtière en transférant des Bretons en Armorique à partir de 296-297. Ces Bretons sont des Cornovii, peuple sans doute fidèle à Rome et choisi pour ce motif. Le chef-lieu de leur cité est à Viroconium Cornoviorum (l'actuelle Wroxeter) et ils occupent plus au nord le port de Deva (Chester). Les Cornovii étant chargés du contrôle militaire des pointes occidentales de la Bretagne et de l'Armorique, c’est-à-dire de l'ouest de la Manche, leur nom se serait conservé en ces lieux. Il ne s'agit donc pas d'une colonisation massive comme cela arrivera au VIe siècle, mais d'une occupation militaire. Le Tractus armoricanus et nervicanus (administration militaire chargée du contrôle de toutes les côtes de Boulogne à la Gironde), et son bras armé, la Classis armoricana (Flotte armoricaine), ne sont créés proprement qu'en 370, sous le règne de l'empereur Valentinien Ier. Haut Moyen Âge D'autres princes sont dits avoir régné sur les côtes nord et sud de la Manche occidentale, comme le roi de Cornouaille Daniel Drem Rud au VIe siècle, et le fameux comte Conomor assimilé au roi Marc de la Cornouailles britannique (Marcus Cunomorus). Entre 815 et 839, Egbert annexe le royaume breton de Cornouaille. La Cornouaille armoricaine est mentionnée pour la première fois et indirectement entre 852 et 857 quand « l'évêque de Saint-Corentin », Anaweten, est qualifié de Cornugallensis (adj. latin dérivé de Cornugallia). L'existence d'une commune d'Anjou dénommée « La Cornuaille » a suscité une hypothèse qui en ferait une appellation géographique ou militaire couvrant toute la Bretagne du Sud et faisant pendant à la Domnonée sur le rivage Nord au VIe siècle ou VIIe siècle. Formation de la Bretagne Au IXe siècle, il semble que le nom de Poher (pour Pou-Caer = Pays de la Ville ou Pays du Château ou Pays de Carhaix) se soit substitué à celui de Cornouaille. Par la suite, il fut réservé à la vallée de l'Aulne, dont la capitale était Carhaix. À la fin du IXe siècle, le comté féodal de Cornouaille reprend le nom de l'ancien royaume. Sa dynastie accède au trône ducal, il passa à l'évêque de Quimper qui devient comte-évêque de Cornouaille jusqu'au XIe siècle où deux frères s'en répartissent les dignités. La Cornouaille de nos jours Composée de 218 communes (sur la base des communes actuelles), la Cornouaille comptait - au dernier recensement de 1999 - 456 307 habitants pour une superficie totale de 5 979 km². Le nom a été repris officiellement en 2001 pour sa partie au sud d'une ligne Châteaulin-Scaër pour la circonscription de programmation « Pays de Cornouaille » composée de 112 communes (loi Voynet, 1999)