0 Likes

Quimper Prefecture
Cornouaille

Le nom Quimper correspond au breton moderne Kemper « confluent », la ville ayant été bâtie à la confluence du Steir, de l'Odet et du Jet. Ce terme kemper se retrouve dans le gallois moderne cymer « conjonction » et l'irlandais moderne comhar « coopération ». Le nom ancien de la ville était Quimper-Corentin et, à la Révolution française, elle a été rebaptisée Montagne-sur-Odet pour enfin devenir Quimper tout court.

source wikipedia

C'est à Quimper-Corentin que Jean de La Fontaine place sa fable du Charretier embourbé. Aquilonia était, semble-t-il, le nom romain de Quimper.

Copyright: Dieter Kik
Type: Spherical
Resolution: 8428x4214
Uploaded: 26/04/2009
Updated: 20/06/2014
Views:

...


Tags: france; bretagne; finistere; cornouaille; quimper; rue du parc; prefecture
comments powered by Disqus

dieter kik
Manif for better reform retrait 62 Quimper
dieter kik
Marronnier Fleurie Cm5nx
dieter kik
Quimper Pont Ste. Catherine
dieter kik
Noel Quimper pont ste Catherine
dieter kik
Quimper Pont Ste Catherine
dieter kik
Quimper Maison L Art De Cornouaille Q3
Roland Raele
France Bretagne Finistere Quimper Cathedrale Saint Corentin freehand pic
dieter kik
Neige Cathedrale Art de Cornouaille
dieter kik
manif place de la Resistance 20101016 Quimper
benjamin-sergeant
Cathédrale Saint Corentin : Chapelle De La Passion
benjamin-sergeant
Cathédrale Saint-Correntin : Chapelle Devotion Notre Dame de Lourdes
dieter kik
Manif place de la Resistance Quimper
Toni Garbasso
Erice, Norman castle
dieter kik
vieux bateau Pors Guen Gouesnach Bretagne France
erwan-boisecq
Conleau
Vladimir Georgievskiy
Interior of Konstantinovkiy Palace, St Petersburg
Toni Garbasso
Palermo Harbour
David Group
Tae Kwon Do Class. Centennial, Colorado
erwan-boisecq
Moines
Toni Garbasso
Selinunte Hera Temple
Luciano Correa | Vista Panoramica
On summit of Pedra do Bau
Toni Garbasso
Carmine Monastry
Dmitry Sverdlov
Crimea, Yalta, theater Chekhov
Nikos Biliouris
Saint Nicolas 2
dieter kik
die Grosse Heike von Peter Westphal Annenwalde Uckermark
dieter kik
écluse, canal de Nantes à Brest, Josselin, Morbihan, France 3694
dieter kik
Combrit Pigeonnier
dieter kik
Sonnenuhr Kleine Schorfheide Annenwalde Uckermark
dieter kik
Accueil Jardin de Paul Breton, Sizun, Finistere
dieter kik
Pissenlit Dandelion
dieter kik
elefant Machines de l ile de Nantes 3
dieter kik
Port de Ste Marine
dieter kik
Lucas cranach fl gelaltar kreuzkirche hannover 6384
dieter kik
Chapelle St Barbe Int Le Faouet Morbihan France 3539
dieter kik
Depart vehicules anciens Quimper
dieter kik
Coucher de Soleil au Pointe de Kermorvan finistere
More About Cornouaille

Cornouaille Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Capitale historique Quimper Langue(s) Français - Breton Religion Catholique Superficie 5 979 Km² Population 456 307 (1999) Gwenn ha du.svg Portail de la Bretagne La Cornouaille (Kernev, Bro Gernev en breton) est un pays de Bretagne (à ne pas confondre avec la Cornouailles britannique, dont le nom s'écrit avec un "s"). Le gentilé de la Cornouaille bretonne est cornouaillais  e (le gentilé de la Cornouailles britannique est cornique). Étymologie Cornouaille se dit Kerne, Kernev ou Bro Gerne en breton, et Cornugallia en latin, parfois « Cornubia ». * Il est possible que ce nom lui ait été donné en référence à cette région de Cornouailles (Kernow), tout comme l'actuel Devon (ancienne Dumnonia) a donné son nom à la Domnonée qui désignait la côte Nord de la Bretagne au Haut Moyen Âge. * Selon une autre hypothèse qui a eu longtemps cours, le nom serait d'origine anglo-saxonne et signifierait « Le pays des étrangers » en référence au cantonnement des Celtes d'Outre-Manche par les envahisseurs angles, saxons, jutes et frisons. * Une troisième hypothèse, basée sur la traduction latine cornugallia, est invoquée par certains auteurs : cornugallia signifierait le coin de la Gaule, relativement à la situation géographique de la Cornouaille bretonne. Antiquité tardive Les deux Cornouaille(s) trouvent plus vraisemblablement leur origine commune à la fin du IIIe siècle : les incursions de pirates saxons, frisons et scots, associées aux pillages des bagaudes, contraignent les villes armoricaines (entre autres) à s'entourer en urgence de murailles dont les restes se voient encore à Alet, Brest, Nantes, Rennes et Vannes. Devant l'incurie de l'empire romain, le responsable de la défense des côtes, le ménapien Carausius (puis son successeur Allectus) établit entre 288 et 296 un empire séparé sur les côtes nord et sud de la Manche pour les garantir des invasions. L'empereur Constance Chlore les vainc en 293 et 296 et, ayant rétabli l'unité de l'empire de ce côté, organise la défense côtière en transférant des Bretons en Armorique à partir de 296-297. Ces Bretons sont des Cornovii, peuple sans doute fidèle à Rome et choisi pour ce motif. Le chef-lieu de leur cité est à Viroconium Cornoviorum (l'actuelle Wroxeter) et ils occupent plus au nord le port de Deva (Chester). Les Cornovii étant chargés du contrôle militaire des pointes occidentales de la Bretagne et de l'Armorique, c’est-à-dire de l'ouest de la Manche, leur nom se serait conservé en ces lieux. Il ne s'agit donc pas d'une colonisation massive comme cela arrivera au VIe siècle, mais d'une occupation militaire. Le Tractus armoricanus et nervicanus (administration militaire chargée du contrôle de toutes les côtes de Boulogne à la Gironde), et son bras armé, la Classis armoricana (Flotte armoricaine), ne sont créés proprement qu'en 370, sous le règne de l'empereur Valentinien Ier. Haut Moyen Âge D'autres princes sont dits avoir régné sur les côtes nord et sud de la Manche occidentale, comme le roi de Cornouaille Daniel Drem Rud au VIe siècle, et le fameux comte Conomor assimilé au roi Marc de la Cornouailles britannique (Marcus Cunomorus). Entre 815 et 839, Egbert annexe le royaume breton de Cornouaille. La Cornouaille armoricaine est mentionnée pour la première fois et indirectement entre 852 et 857 quand « l'évêque de Saint-Corentin », Anaweten, est qualifié de Cornugallensis (adj. latin dérivé de Cornugallia). L'existence d'une commune d'Anjou dénommée « La Cornuaille » a suscité une hypothèse qui en ferait une appellation géographique ou militaire couvrant toute la Bretagne du Sud et faisant pendant à la Domnonée sur le rivage Nord au VIe siècle ou VIIe siècle. Formation de la Bretagne Au IXe siècle, il semble que le nom de Poher (pour Pou-Caer = Pays de la Ville ou Pays du Château ou Pays de Carhaix) se soit substitué à celui de Cornouaille. Par la suite, il fut réservé à la vallée de l'Aulne, dont la capitale était Carhaix. À la fin du IXe siècle, le comté féodal de Cornouaille reprend le nom de l'ancien royaume. Sa dynastie accède au trône ducal, il passa à l'évêque de Quimper qui devient comte-évêque de Cornouaille jusqu'au XIe siècle où deux frères s'en répartissent les dignités. La Cornouaille de nos jours Composée de 218 communes (sur la base des communes actuelles), la Cornouaille comptait - au dernier recensement de 1999 - 456 307 habitants pour une superficie totale de 5 979 km². Le nom a été repris officiellement en 2001 pour sa partie au sud d'une ligne Châteaulin-Scaër pour la circonscription de programmation « Pays de Cornouaille » composée de 112 communes (loi Voynet, 1999)