0 Likes

Quimper rond point du frugi magnolia de kob 9922
Cornouaille

https://en.wikipedia.org/wiki/Magnolia_kobusMagnolia kobus

Kobushi Magnolia
Magnolia kobus, known as the Kobushi Magnolia, is a species of Magnolia native to Japan and occasionally cultivated in temperate areas. It is a deciduous, small to tall tree which has a slow rate of growth but can reach 8–15 m (25–75 ft) in height and up to 10 m (35 ft) in spread.
Classification
Two varieties of Magnolia kobus are recognized by some sources, such as Hortus Third, with var. borealis being a tree to 25 m (75 ft) high, with leaves to 15 cm (6 in) long, and var. kobus, a tree to 10 m (30 ft) high,with leaves to 10 cm (4 in) long.
M. kobus is classified within Magnolia subgenus Yulania.
The Kobushi magnolia is closely related to the star magnolia (Magnolia stellata), and some authorities consider the star magnolia to be a variety of M. kobus, M. kobus var. stellata.
Description
Magnolia kobus blooms in the early spring, bearing pleasantly fragrant white flowers with hints of pale pink about 10 cm (4 in) in diameter. The flowers are produced before the leaves, as with most members of Magnolia subgenus Yulania. Young trees do not flower.
The summer foliage of the Kobushi magnolia is dark green. Leaves have an obovate shape with a pointed tip, a smooth, or glabrous, leaf underside, and smooth, even edges. Leaves are 8–15 cm (3–6 in) long, in an alternating arrangement. In autumn, the leaves take on a yellow color and drop from the tree.
The fruit of the Kobushi magnolia grows in groups of small red seeds. The groupings are one to three inches in size, and the seeds attract birds.

View More »

Copyright: Dieter kik
Type: Spherical
Resolution: 12546x6273
Uploaded: 05/04/2014
Updated: 16/04/2014
Views:

...


Tags: town; nature; tree; white flowers
comments powered by Disqus

dieter kik
Quimper Printemps Crocus
dieter kik
Glycine Quimper
dieter kik
Quimper Printemps Arbre
dieter kik
Don Quichotte Marc Morvan Quimper
dieter kik
Quimper route de Benodet ail à trois angles 9887
dieter kik
Eglise Locmaria Quimper Qel2
dieter kik
Eglise Locmaria Quimper Qel4
dieter kik
Eglise Locmaria Quimper Qel3
dieter kik
Eglise Locmaria Quimper Qel1
dieter kik
Eglise Locmaria Quimper Qel 11
dieter kik
Eglise Locmaria Quimper Qel8
dieter kik
Eglise Locmaria Quimper Qel7
Jook Leung | 360VR Images
Ladies Market at Tung Choi Street
Jook Leung | 360VR Images
Hong Kong skyline at dusk
Andrew Bodrov
XXV Song Celebration "To Breathe as One" - final scenes
Robert Wiederhold
Airpano, Zugspitze, Germany, 2.962,06 m ü. NHN
Anousheh Alizadeh
Azure-cutting & Stone cutting
Jeffrey Martin
Bathtub after the Kids
Martin Hertel
Take Off
Mark Schuster
Sweet Shop
Willy Kaemena
Verde Canyon Railroad
Andrew Bodrov
Estonian Masters of Sport Chanbara (Spochan): Sergei Bobrov and Roman Vandtke
Mahmood Hamidi
Nasir al Mulk Mosque
Willy Kaemena
Verde Canyon Railroad First Class
dieter kik
Weinberg Stadtmitte Bacharach 0228
dieter kik
Motos Place Eglise Guiscriff Morbihan 4089
dieter kik
Markt Templin Uckermark 5027
dieter kik
la classe du patrimoine Plovan
dieter kik
Oppenheim Katharinenkirche Kapelle
dieter kik
horloge à eau la nuit, Josselin, Morbihan, France 3637
dieter kik
Halle en bois du 16e siecle Plouescat
dieter kik
Chateau des Ducs de Bretagne Nantes
dieter kik
Eglise Peumerit Finistere Ext7
dieter kik
Benodet port de plaisance accueil
dieter kik
la grande Greve camping les mouettes Carantec
dieter kik
Oppenheim Katharinenkirche
More About Cornouaille

Cornouaille Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Capitale historique Quimper Langue(s) Français - Breton Religion Catholique Superficie 5 979 Km² Population 456 307 (1999) Gwenn ha du.svg Portail de la Bretagne La Cornouaille (Kernev, Bro Gernev en breton) est un pays de Bretagne (à ne pas confondre avec la Cornouailles britannique, dont le nom s'écrit avec un "s"). Le gentilé de la Cornouaille bretonne est cornouaillais  e (le gentilé de la Cornouailles britannique est cornique). Étymologie Cornouaille se dit Kerne, Kernev ou Bro Gerne en breton, et Cornugallia en latin, parfois « Cornubia ». * Il est possible que ce nom lui ait été donné en référence à cette région de Cornouailles (Kernow), tout comme l'actuel Devon (ancienne Dumnonia) a donné son nom à la Domnonée qui désignait la côte Nord de la Bretagne au Haut Moyen Âge. * Selon une autre hypothèse qui a eu longtemps cours, le nom serait d'origine anglo-saxonne et signifierait « Le pays des étrangers » en référence au cantonnement des Celtes d'Outre-Manche par les envahisseurs angles, saxons, jutes et frisons. * Une troisième hypothèse, basée sur la traduction latine cornugallia, est invoquée par certains auteurs : cornugallia signifierait le coin de la Gaule, relativement à la situation géographique de la Cornouaille bretonne. Antiquité tardive Les deux Cornouaille(s) trouvent plus vraisemblablement leur origine commune à la fin du IIIe siècle : les incursions de pirates saxons, frisons et scots, associées aux pillages des bagaudes, contraignent les villes armoricaines (entre autres) à s'entourer en urgence de murailles dont les restes se voient encore à Alet, Brest, Nantes, Rennes et Vannes. Devant l'incurie de l'empire romain, le responsable de la défense des côtes, le ménapien Carausius (puis son successeur Allectus) établit entre 288 et 296 un empire séparé sur les côtes nord et sud de la Manche pour les garantir des invasions. L'empereur Constance Chlore les vainc en 293 et 296 et, ayant rétabli l'unité de l'empire de ce côté, organise la défense côtière en transférant des Bretons en Armorique à partir de 296-297. Ces Bretons sont des Cornovii, peuple sans doute fidèle à Rome et choisi pour ce motif. Le chef-lieu de leur cité est à Viroconium Cornoviorum (l'actuelle Wroxeter) et ils occupent plus au nord le port de Deva (Chester). Les Cornovii étant chargés du contrôle militaire des pointes occidentales de la Bretagne et de l'Armorique, c’est-à-dire de l'ouest de la Manche, leur nom se serait conservé en ces lieux. Il ne s'agit donc pas d'une colonisation massive comme cela arrivera au VIe siècle, mais d'une occupation militaire. Le Tractus armoricanus et nervicanus (administration militaire chargée du contrôle de toutes les côtes de Boulogne à la Gironde), et son bras armé, la Classis armoricana (Flotte armoricaine), ne sont créés proprement qu'en 370, sous le règne de l'empereur Valentinien Ier. Haut Moyen Âge D'autres princes sont dits avoir régné sur les côtes nord et sud de la Manche occidentale, comme le roi de Cornouaille Daniel Drem Rud au VIe siècle, et le fameux comte Conomor assimilé au roi Marc de la Cornouailles britannique (Marcus Cunomorus). Entre 815 et 839, Egbert annexe le royaume breton de Cornouaille. La Cornouaille armoricaine est mentionnée pour la première fois et indirectement entre 852 et 857 quand « l'évêque de Saint-Corentin », Anaweten, est qualifié de Cornugallensis (adj. latin dérivé de Cornugallia). L'existence d'une commune d'Anjou dénommée « La Cornuaille » a suscité une hypothèse qui en ferait une appellation géographique ou militaire couvrant toute la Bretagne du Sud et faisant pendant à la Domnonée sur le rivage Nord au VIe siècle ou VIIe siècle. Formation de la Bretagne Au IXe siècle, il semble que le nom de Poher (pour Pou-Caer = Pays de la Ville ou Pays du Château ou Pays de Carhaix) se soit substitué à celui de Cornouaille. Par la suite, il fut réservé à la vallée de l'Aulne, dont la capitale était Carhaix. À la fin du IXe siècle, le comté féodal de Cornouaille reprend le nom de l'ancien royaume. Sa dynastie accède au trône ducal, il passa à l'évêque de Quimper qui devient comte-évêque de Cornouaille jusqu'au XIe siècle où deux frères s'en répartissent les dignités. La Cornouaille de nos jours Composée de 218 communes (sur la base des communes actuelles), la Cornouaille comptait - au dernier recensement de 1999 - 456 307 habitants pour une superficie totale de 5 979 km². Le nom a été repris officiellement en 2001 pour sa partie au sud d'une ligne Châteaulin-Scaër pour la circonscription de programmation « Pays de Cornouaille » composée de 112 communes (loi Voynet, 1999)