0 Likes

Enclos paroissial de Guimiliau
Pays de Léon

Small town in North Finistère, Guimiliau owes its fame to its beautiful churchyard of the 16th century. He, like all the parish enclosure, consists of a church, a triumphal gate, an ossuary and Calvary. From the church built in the 16th will remain the bell (1530), the rest having been rebuilt in the flamboyant style and Renaissance in the next century.


   The south porch, dominated by a statue of St. Miliau, King of Cornwall and is dedicated to which the building is absolutely remarkable for its decoration. The arches of that recount a beautiful imagery, the Gospel and the Holy Bible. Inside the porch, stand on each side, the statues of the apostles below which runs a frieze telling us the old testament. Within the building, do not miss the sumptuous detail of carved oak baptistery of 1675.

   At the center of the enclosure rises the ordeal that could certainly qualify as one of the most beautiful in Britain. Built between 1581 and 1588, it contains 25 biblical scenes and more than 200 characters. The mace builded in a octagonal plan is supported by four buttresses pierced by an archway decorated on two levels. The lower level tells the childhood of Jesus and the early hours of the Passion, while the upper level we relate the heyday of the latter. The contruction, oriented along an east-west is surmounted by a cross in the top buboes which faces the west Christ crucified.

View More »

Copyright: Zaellig
Type: Spherical
Resolution: 6000x3000
Caricate: 19/11/2009
Aggiornato: 18/09/2014
Numero di visualizzazioni:

...


Tags: church; bretagne; brittany
comments powered by Disqus

Zaellig
Dolmen de Mougau Bihan
dieter kik
Dragon de Paul Breton, Sizun, Finistere
dieter kik
Accueil Jardin de Paul Breton, Sizun, Finistere
dieter kik
Serpent de Paul Breton, Sizun, Finistere
Jonathan Cooke
Roc'h Trevezel
Alexandre Croisier
Milky Way over Roc'h Trevezel
dieter kik
transmitter mast de Roch Tredudon
Sylvain Corcolle
Ancient quarry
dieter kik
Mont Saint Michel Finistere France
michal kasencak
Chapelle Saint Michel a Saint-Rivoal
dieter kik
Mont Saint Michel Finistere France
Zaellig
Menez Mikael-an-Are
Marcin Klaban
Gdansk Mariacka street
Uwe Buecher
Salinas de Fuencaliente
Thomas Krüger
Juist Trader, Command Bridge
Thomas Krüger
Cervo
yunzen liu
Lijiang5- Scenery and natural wonders(guilin china)- Nine-horse Mural Cliff
Matt Nolan
Drilling ice cores in the midnight sun (15 May 08 03:13)
Alessandro Ugazio
Piazza Solferino, Fontana Angelica
Thomas Krüger
Agriturismo Cà du Gregorio
Richard Chesher
Cascade de la Riviere du Kaoris, Prony New Caledonia
Thomas Krüger
Juist Trader at the Port of Genoa
Matt Nolan
The last of the drilling is complete (31 May 08 16:56)
Emile Duijker
steam engine museum in Medemblik
Zaellig
La jolie Vilaine
Zaellig
Þingvallavegur Cairns
Zaellig
Notre Dame du Mont Carmel
Zaellig
Cairns rouges à Brocéliande
Zaellig
Sur l'étang de Chevré
Zaellig
Maðkavík
Zaellig
Sur la lande du Cap Fréhel
Zaellig
Les carrelets de la Baie d'Yves
Zaellig
Lonely house near Grindavík
Zaellig
Arc de Triomphe in snowy Paris
Zaellig
Des tulipes contre le cancer
Zaellig
Le temple de Mars à Corseul
More About Pays de Léon

Pays de Léon Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Capitale historique Saint-Pol-de-Léon Langue(s) Français - Breton léonard Religion Catholique Superficie 2 019 Km² Population 405 082 (1999) Le Léon ou Léonais, appelé autrefois Loonois (bro Leon en breton), est une région de Bretagne, ancienne vicomté, évêché, baronnie, bailli et province fiscale à laquelle ses habitants s'identifient encore aujourd'hui très fortement Elle est limitée à l'est par la rivière de Morlaix (Dosenn en breton, confluent des rivières Queffleut et Jarlot), frontière avec le Trégor, au sud par les contreforts des monts d'Arrée et par le fleuve de l'Élorn, frontière avec la Cornouaille et particulièrement au niveau du Pont de Rohan Ces frontières sont celles de l'ancien évêché de Léon, lequel regroupait trois pays érigés au XIIIe siècle en archidiaconnés : le Léon proprement dit, appelé aussi Haut Léon (Gourre Leoun); à l'ouest de l'Aber Wrac'h, le pays d'Ach, dont le nom s'écrit aujourd'hui Ac'h; et entre les deux le fief d'Illy (Kemenet Illi) centré sur Lesneven. Le Léon constituait au Haut Moyen Âge la partie la plus occidentale de la Domnonée. Administrativement (sénéchaussées, juridictions), les frontières étaient un peu plus étendues vers le sud où elles ont varié. Outre une vicomté dirigé par un évêque, le Léon était une des sept baronnies des États de Bretagne, citée aux assises de Geoffroy en 1185. Comme le pouvoir local était exercé par l'évêque-comte, cette baronnie permettait à peu de frais à la même famille de Rohan, héritière de la vicomté de Léon au XIVe siècle et par ailleurs seigneur de la baronnie de Rohan dans le Vannetais, de cumuler les charges. Les Rohan usant du titre de prince, ils se sont honorés de celui de prince du Léon sans que le Léon n'ait pu jouir de celui de principauté. Étymologie Le nom de Léon, prononcé en léonard [leun] avec un "n" finale très nasal et évanescent, c'est-à-dire « léoun' » si on utilise l'orthographe française, était expliqué autrefois par les prêtres du diocèse comme venant du latin leonis, la bête christianisée par saint Pol Aurélien lors de son arrivée dans la ville déserte de son cousin Gwithur, identifiée à un lion[réf. nécessaire]. D'autres ramenaient l'étymologie à un castellum legionensis, et, pour appuyer leur hypothèse, voyaient là la preuve qu'une légion romaine avait stationné à l'emplacement de l'actuelle commune de Saint-Pol-de-Léon. En fait aucun document ne corrobore ces étymologies. La mention la plus ancienne, soit ca. 1170, est celle du roman de Tristan et Iseut de Béroul[2], à savoir l'ancien français Loonois, sans rapport avec le lion ou la légion. Le problème est que le latin leo, ni même legio, n'était pas passé dans le vocabulaire de l'ancien breton, a fortiori pas sous sa forme du cas régime de l'ancien français se terminant par un « n ». Un étymon plausible est l'ancien breton litau qui désignait le rivage continental aux bretons insulaires, qui a donné LLyddaw en gallois et aurait donné en breton moyen Lezoun puis par une substitution qui s'observe plus souvent à l'initiale (v.g. Sabrina - Havren) Lehoun. L'absence de documents en breton moyen ne permettra jamais d'infirmer ou confirmer cette étymologie, ou une autre mais le strict respect des règles de l'étymologie bretonne appelle un ligau, non attesté, plutôt qu'un litau. Cependant on dispose de la mention, en latin, du terme de Letewicion et surtout du terme Letavia pour désigner l'ensemble de la Bretagne. Il est possible que le sens de ce terme ait été réduit à la partie la plus anciennement colonisée au IVe siècle, le Léon, comme semble en garder le souvenir de la légende de Conan Meriadec localisée à Plougoulm, après que ce soit produit une seconde colonisation à l'origine de la Domnonée et de la Cornouaille. On sait en effet que le Léon ne faisait pas partie de la Domnonée lors de la création de celle ci. On aurait là avec le terme de Léon, une évolution un peu semblable à celui de France, qui désignait d'abord tout le territoire de la Gaule puis seulement un pays de quelques kilomètres carrés au nord de Paris. Là encore, l'étaiement de toute hypothèse restera toujours faible. Si l'on veut remonter à un hypothétique ligau ou antérieurement ligan, plus conforme mais non attesté, les étymons possibles sont la province irlandaise de Laghain ou bien encore Lugdun, littéralement « forteresse de Lug », qui a effectivement donné, par extension du nom de la capitale Lyon, son nom à la Gaule celtique conquise, la Lyonnaise, et plus particulièrement à l'Armorique, la Lyonnaise III. Dans ce cas, le nom aurait subit la même réduction de sens de la province à une de ses parties la plus anciennement colonisée. La forme ancienne française "Loonois", qui a donné en français moderne "Léonais", tendrait à supposer un "loones" issu de "Lodonesia", ancien nom du comté britonnique de Lodain. Il y aurait là une étymologie commune avec le royaume légendaire de Lyonesse localisé dans les îles Sorlingues mais il est possible que ce royaume englouti de Lyonesse soit un "Lyon enes", c'est-à-dire île de Léon, ce qui nous renvoie à notre point de départ. Quelle que soit l'étymologie, le toponyme renvoie, comme beaucoup de toponymes bretons, à un lieu de Bretagne insulaire, en l'occurrence la presqu'île du Nord du Pays de Galles, Lleyn (cf. infra sub "Colonisations bretonnes"), dont l'étymologie est tout aussi problématique. Géographie Le Léon est baigné par la mer d'Iroise et la Manche, que sépare la pointe de Corsen. C'est un plateau granitique surélevé par rapport au niveau de la mer, ce qui donne à ses côtes envahies par la mer un relief marqué par des rias, appelées aber en breton, et deux baies d'un intérêt géographique de premier ordre, la rade de Brest et la baie de Morlaix. Ces deux baies se prolongent dans l'intérieur des terres par des vallées encaissées, celle de l'Elorn et et celle de l'Horn, qui constituent à elles deux la limite naturelle du plateau. Au-delà, montent les contreforts gagnés sur la lande des monts d'Arrée et dominés par un affleurement rocheux. Le plateau en revanche est aujourd'hui un damier très serré de bocage. Son avancée dans la mer lui permet de bénéficier de la douceur du climat marin, en des endroits abrités du vent jusqu'à l'illusion (cf. jardins exotiques de Roscoff et de l'île de Batz).