N
N
Projections and Nav Modes
  • Normal View
  • Fisheye View
  • Architectural View
  • Stereographic View
  • Little Planet View
  • Panini View
Click and Drag / QTVR mode
Deel dit panorama
For Non-Commercial Use Only
This panorama can be embedded into a non-commercial site at no charge. Lees meer
Do you agree to the Terms & Conditions?
For commercial use, neem contact met ons op
Embed this Panorama
BreedteHoogte
For Non-Commercial Use Only
For commercial use, neem contact met ons op
License this Panorama

Enhances advertising, editorial, film, video, TV, Websites, and mobile experiences.

LICENSE MODAL

0 Likes

Bagad fete de cornouaille quimper 2009 fq17

Un bagad est une formation musicale bretonne inspirée du pipe band écossais. Elle est composée de trois pupitres : biniou bras (cornemuse écossaise), bombarde et percussion. Selon l'importance du bagad, le pupitre percussion peut être organisé en un pupitre de percussions traditionnelles (caisses claires, batterie) et un de percussions non traditionnelles.

Bagad signifie « groupe » en breton. Dans le cas présent, il est l'abréviation de bagad ar sonerion (groupe de sonneurs).

Un lieu commun veut que le mot bagad proviendrait de bag, la barque. Un bagad serait donc une « barquée », une « batelée » (ensemble des personnes embarquées). Or il existe deux mots bagad en breton : l'un, féminin, qui désigne une « barquée » (car bag, bateau, est féminin en breton) et donc mute, tandis que l'autre, masculin, désigne un groupe, une troupe, un troupeau. Comparez ur vagad (une batelée) et ur bagad (une troupe). Si bagad/barque vient du mot bag, bagad/troupe vient du vieux breton bacat (cf. le gallois bagad, cornique bagas et le gaulois bacaudae qui a donné le terme bagaudes). Le mot bag (bateau) est un emprunt au roman bac (baquet) qui lui-même vient du latin baccum (récipient).

Au pluriel, bagad devient bagadoù, mais s'accorde différemment de la règle en français : précédés d'un cardinal [plusieurs (meur a vagad), combien (ped bagad ?), un nombre (tri bagad)...] les mots en breton ne prennent pas la marque du pluriel. Pour respecter la forme bretonne, on peut donc dire des bagadoù, mais il faut dire : 2 bagad(s).

Histoire 

Bombardes, cornemuse et percussions de bagad

Le bagad est une formation récente, le tout premier regroupement de sonneurs est la KAV (Kenvreuriezh ar Viniaouerien) créée par Hervé Le Menn, en 1932, dans le milieu breton de Paris1. Sous la présidence de Charles Pletsier, la KAV a évolué pour devenir le seul bagad à ce jour à jouer en formation associant bombarde et biniou kozh (au lieu de biniou braz; le biniou kozh jouant à l'octave, l'accord des instruments est beaucoup plus difficile à réaliser); le défi reste à relever.

En 1943, Bodadeg ar Sonerion est créée au congrès de l'Institut celtique de Bretagne. Elle sera le fer de lance du développement des bagadoù en Bretagne. Le premier camp musical se déroule en septembre 1943, à Gouézec, avec 23 élèves. En 1946, Dorig Le Voyer en devient président et Polig Montjarret le secrétaire.

En 1947 se crée un bagad informel au 71e RI de Dinan (Côtes-d'Armor) par quelques musiciens faisant leur service militaire. Le premier bagad civil, Paotred Hent-houarn (les gars du chemin de fer), est créé en 1947 par des cheminots de Carhaix (Finistère) qui prennent par la suite le nom de Kevrenn des Cheminots de Carhaix. Leur premier défilé a lieu en juin 1947 lors de la fête de la Tour d'Auvergne à Carhaix.

Né de l'inspiration du pipe-band écossais associant cornemuses et percussions (caisses claires écossaises, toms et grosse caisse, le bagad comprend aussi un pupitre de bombardes. Les pipe bands ont structuré leur musique d'une façon assez formelle, les bagadoù ne les ont pas suivis dans cette voie, et cela donne une diversité plus importante, à la fois dans les airs interprétés et dans les styles de jeu. Une diversité qu'ils doivent aussi à la présence des bombardes ayant une tessiture plus étendue que celle des cornemuses, ouvrant plus largement les voies de la polyphonie.

Dès les années 1960, les bagadoù Brest Ar Flamm, Brest St Mark, Kadoudal et Bleimor innovaient beaucoup dans leurs arrangements.

Aujourd'hui leurs répertoires explorent la totalité des richesses du patrimoine breton — airs à marcher, danses, mélodies — et ils associent de plus en plus souvent des compléments sonores, ajoutant des percussions différentes (djembé, batterie rock, percussions sud-américaines, etc.), des bombardes plus graves, le Binioù kozh de temps en temps et parfois, dans des représentations en concert, des orgues électriques ou tout autre instrument apportant une couleur complémentaire à leur musique (cuivres, flûtes traversières, low whistle, uilleann pipes ou pib-ilin , guitares et basses électriques, etc.).

Le premier arrangement, mêlant ces derniers instruments avec un bagad, date de l'album E Dulenn ("À Dublin") d'Alan Stivell (1975), celui-ci ayant déja incorporé cornemuse et bombarde solo dès son premier album.

La présence de bombardes et le style moins militaire rendent la musique de bagad très différente de celle de leur modèle (le pipe band).

La question fait débat de savoir si on peut parler de formation traditionnelle pour une organisation créée aux environs de la 2e Guerre Mondiale. S'il n'a pas l'ancienneté de la langue bretonne, de certaines danses bretonnes ou du costume traditionnel, le mouvement des bagadoù jouit d'un succès populaire très actuel. Sa vitalité, son ouverture et sa jeunesse contribuent à la transmission et même au renouveau de la culture bretonne en général, et de la musique bretonne en particulier.

Organisation [modifier]

Polig Montjarret et Dorig Le Voyer ont joué un rôle prépondérant dans le développement de la musique de bagad et de ses fédérations.

La majorité des bagadoù se rassemblent au sein de la fédération BAS, Bodadeg ar Sonerion (Assemblée des sonneurs). La fédération BAS est divisé en six sections: cinq sections départementales, et la section BAS Divroët (« expatrié », en breton) qui regroupe les bagadoù hors de Bretagne. La plupart des formations sont composées d'amateurs, de très haut niveau musical pour certains.

Devant le succès des formations, certains bagadoù ont créé leur bagadig (« petit bagad »), lieu d'apprentissage pour les nouveaux venus et tremplin vers le bagad.

Le bagad est dirigé par un penn-soner (littéralement « sonneur en chef » en breton). Les différents pupitres sont dirigés par un penn-talabarder pour les bombardes, un penn-biniaouer pour les cornemuses et un penn-tabouliner pour les percussions. Ce dernier se partage entre les caisses claires écossaises d'une part et les percussions plus classiques (cymbales et fûts) de l'autre.

Parfois le bagad est associé à un cercle celtique (groupe de danseurs). Cette association est plus fréquente hors de Bretagne. Les exemples les plus connus sont la Kevrenn Alre d'Auray, la Kerlenn Pondi de Pontivy et l'ensemble Quic-en-Groigne de Saint Malo.

View More »

Copyright: Dieter Kik
Type: Spherical
Resolution: 8138x4069
Taken: 19/07/2009
Geüpload: 07/09/2009
Geüpdatet: 02/03/2015
Keer bekeken:

...


Tags: france; bretagne; finistere; cornouaille; quimper; fete de cornuaille; quai du steir; bagad
comments powered by Disqus
More About