2 Likes

la Pointe Odet l Anse de St Cadou Gouesnach 3
Cornouaille

L'Odet est un fleuve côtier breton qui prend sa source dans les montagnes Noires à Saint-Goazec, au lieu-dit Yeun-ar-Vouster, et aboutit dans l'Atlantique à Bénodet – en breton Pen = « tête », extrémité et donc « embouchure de l'Odet ».


Son régime de type torrentiel comme la plupart des cours d'eau bretons crée des inondations d'automne et d'hiver dont il semble que l'importance soit augmentée par l'imperméabilisation des sols due à l'urbanisation et à l'arasement des terrains de culture (destruction des talus depuis les années 1960). Sa partie maritime va officiellement du pont du Palais (devant le palais de Justice) à la mer, mais la marée est sensible 2 km en amont près de la gare. Un port de commerce comportant 500 m de quais a été établi en aval de Quimper pour les petits cargos et les sabliers. L'estuaire, long de 20 km, s'élargit à la sortie de la ville pour serpenter ensuite au fond d'une gorge boisée qui est une attraction touristique visitable en bateau. L'Odet donne également son nom à la commune de Briec-de-l'Odet et donna son nom révolutionnaire, autant qu'éphémère, à Quimper : Montagne-sur-Odet. Le bassin de l'Odet correspond au pays Glazig et à l'aire d'influence de la ville de Quimper, principale ville traversée.

L'Odet prend sa source dans les montagnes à Saint-Goazec dans la haute-vallée de l'Odet. Son cours est marqué par la traversée des gorges du Stangala, lieu touristique également réputé par les kayakistes.

La longueur de son cours d'eau est de 62 km.
Principaux affluents
    * le Jet
    * le Steir ou "Teyr"
    * le Frout
    * le Ster Pont Hezrou ou "ruisseau de Lochrist"
    * le Ster Pont-Nevez
    * le Guip
    * le Poul-Born

Hydrométrie

Débit moyen mensuel (en m³/s) mesuré à la Station hydrologique de Quimper (Kervir)-données calculées sur 40 ans

La surface du bassin versant de l'Odet est de 329 km² à Quimper, au lieu-dit Kervir, en aval de la confluence avec le Jet. Le module y est de 7.46 m³/s et le débit spécifique de 23.9 l/s/km². Le débit instantané maximal y a été mesuré le 13 décembre 2000 à 3h21 et était de 165 m³/s. Le débit journalier maximal y a été mesuré le 26 janvier 1995 et était de 119 m³/s. Le débit minimum sur 3 jours consécutifs y a été mesuré pour la période du 19 au 21 aout 1976 et était de 0,211 m³/s. La lame d'eau écoulée dans son bassin versant annuellement est de 758 millimètres . Si on la compare à celle des bassins versants voisins cette valeur est nettement supérieure à celle du Blavet à Languidic (434 mm/an) et de la Vilaine à Rieux (225 mm/an). Cette valeur élevée peut s'expliquer par l'abondance des précipitations sur l'ensemble du bassin versant ainsi que par des terrains en forte pente favorisant un écoulement rapide des eaux. La surface de bassin versant de l'Odet est de 715 km² si l'on tient compte de la totalité de ses affluents.

les crues historiques
Si les crues de 1995 et 2000 sont encore bien présentes à l'esprit, l'Odet et ses affluents ont débordés à bien d'autres reprises causant ainsi des dégâts dans la ville de Quimper. C'est ce qu'atteste les archives de la ville de Quimper qui nous apprennent que des crues se sont produites en 1651, 1664, 1765, août 1769, 1788, février 1838, mars 1846, juin 1856, décembre 1865, février1883, novembre 1892, janvier 1925, janvier 1928, février 1935, avril 1939, 1957 et février 1974.

source wikipedia

View More »

Copyright: Dieter kik
Type: Spherical
Resolution: 8072x4036
Uploaded: 06/10/2009
Actualizat: 20/06/2014
Vizualizari:

...


Tags: france; bretagne; finistere; cornouaille; gouesnach; odet; anse de st cadou; fleuve
comments powered by Disqus

dieter kik
la Pointe Odet l Anse de St Cadou Gouesnach 1
dieter kik
Gouesnach Chapelle St Cadou Fontaine
dieter kik
Gouesnach Chapelle St Cadou
dieter kik
Chapelle St Cadou Gouesnach
dieter kik
Chapelle St Cadou Gouesnach 1
dieter kik
Pardon St Cadou Gouesnach 4
dieter kik
ragout Pardon St Cadou Gouesnac 5
dieter kik
Pardon St Cadou Gouesnach 1
dieter kik
Gouesnach Pors Meillhou
dieter kik
Nourriture pour les vaches f5nx
dieter kik
Bateau dans l'anse St Cadou Odet
dieter kik
Freewheels (BMX) Quimper 5009
Tina Gauer & Oli Burle - www.360tourist.net
El Fanar Memorial
Eric PINEL PESCHARDIERE
Hilton Bora Presidential Bathroom
Manolo Rubio
Conjunto Arqueologico de Baelo Claudia Basilica
Roberto Scavino
Giardini Reali, infrared panorama
Tina Gauer & Oli Burle - www.360tourist.net
Il Mercato Gazebo
cmapuk-noxa6bl4
Lake onega
Alexandre Duret-Lutz
Kiosque des Noctambules
cmapuk-noxa6bl4
Кировск
Ruben Karapetyan
Boris Pasternak's apartment in Lavrushinky side-street, Moscow
Maxim Nasekin
Novosibirsk State Academic Opera and Ballet Theatre
Alexandre Duret-Lutz
Notre Dame de Paris
cmapuk-noxa6bl4
Pulkovskaya st.
dieter kik
Audierne Arrivee Pecheur
dieter kik
forêt, automne, vallée de Munster, Alsace, France 6665
dieter kik
Oppenheim Katharinenkirche
dieter kik
Kirche St Peter Bacharach 0276
dieter kik
Lanvern Chapelle Moonlight
dieter kik
Les Halles Le Faouet Morbihan France 3263
dieter kik
Schuhhof Quedlinburg Germany 4802
dieter kik
L’église Le Saint Morbihan 3985
dieter kik
Tout Quimper Velo Il Y A Du Monde 9581
dieter kik
Kirche St Peter Bacharach 0208
dieter kik
Ruines du Manoir Saint Pol Roux Camaret C4
dieter kik
Accueil, Interpretation, Thiepval, Picardie 7280
More About Cornouaille

Cornouaille Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Capitale historique Quimper Langue(s) Français - Breton Religion Catholique Superficie 5 979 Km² Population 456 307 (1999) Gwenn ha du.svg Portail de la Bretagne La Cornouaille (Kernev, Bro Gernev en breton) est un pays de Bretagne (à ne pas confondre avec la Cornouailles britannique, dont le nom s'écrit avec un "s"). Le gentilé de la Cornouaille bretonne est cornouaillais  e (le gentilé de la Cornouailles britannique est cornique). Étymologie Cornouaille se dit Kerne, Kernev ou Bro Gerne en breton, et Cornugallia en latin, parfois « Cornubia ». * Il est possible que ce nom lui ait été donné en référence à cette région de Cornouailles (Kernow), tout comme l'actuel Devon (ancienne Dumnonia) a donné son nom à la Domnonée qui désignait la côte Nord de la Bretagne au Haut Moyen Âge. * Selon une autre hypothèse qui a eu longtemps cours, le nom serait d'origine anglo-saxonne et signifierait « Le pays des étrangers » en référence au cantonnement des Celtes d'Outre-Manche par les envahisseurs angles, saxons, jutes et frisons. * Une troisième hypothèse, basée sur la traduction latine cornugallia, est invoquée par certains auteurs : cornugallia signifierait le coin de la Gaule, relativement à la situation géographique de la Cornouaille bretonne. Antiquité tardive Les deux Cornouaille(s) trouvent plus vraisemblablement leur origine commune à la fin du IIIe siècle : les incursions de pirates saxons, frisons et scots, associées aux pillages des bagaudes, contraignent les villes armoricaines (entre autres) à s'entourer en urgence de murailles dont les restes se voient encore à Alet, Brest, Nantes, Rennes et Vannes. Devant l'incurie de l'empire romain, le responsable de la défense des côtes, le ménapien Carausius (puis son successeur Allectus) établit entre 288 et 296 un empire séparé sur les côtes nord et sud de la Manche pour les garantir des invasions. L'empereur Constance Chlore les vainc en 293 et 296 et, ayant rétabli l'unité de l'empire de ce côté, organise la défense côtière en transférant des Bretons en Armorique à partir de 296-297. Ces Bretons sont des Cornovii, peuple sans doute fidèle à Rome et choisi pour ce motif. Le chef-lieu de leur cité est à Viroconium Cornoviorum (l'actuelle Wroxeter) et ils occupent plus au nord le port de Deva (Chester). Les Cornovii étant chargés du contrôle militaire des pointes occidentales de la Bretagne et de l'Armorique, c’est-à-dire de l'ouest de la Manche, leur nom se serait conservé en ces lieux. Il ne s'agit donc pas d'une colonisation massive comme cela arrivera au VIe siècle, mais d'une occupation militaire. Le Tractus armoricanus et nervicanus (administration militaire chargée du contrôle de toutes les côtes de Boulogne à la Gironde), et son bras armé, la Classis armoricana (Flotte armoricaine), ne sont créés proprement qu'en 370, sous le règne de l'empereur Valentinien Ier. Haut Moyen Âge D'autres princes sont dits avoir régné sur les côtes nord et sud de la Manche occidentale, comme le roi de Cornouaille Daniel Drem Rud au VIe siècle, et le fameux comte Conomor assimilé au roi Marc de la Cornouailles britannique (Marcus Cunomorus). Entre 815 et 839, Egbert annexe le royaume breton de Cornouaille. La Cornouaille armoricaine est mentionnée pour la première fois et indirectement entre 852 et 857 quand « l'évêque de Saint-Corentin », Anaweten, est qualifié de Cornugallensis (adj. latin dérivé de Cornugallia). L'existence d'une commune d'Anjou dénommée « La Cornuaille » a suscité une hypothèse qui en ferait une appellation géographique ou militaire couvrant toute la Bretagne du Sud et faisant pendant à la Domnonée sur le rivage Nord au VIe siècle ou VIIe siècle. Formation de la Bretagne Au IXe siècle, il semble que le nom de Poher (pour Pou-Caer = Pays de la Ville ou Pays du Château ou Pays de Carhaix) se soit substitué à celui de Cornouaille. Par la suite, il fut réservé à la vallée de l'Aulne, dont la capitale était Carhaix. À la fin du IXe siècle, le comté féodal de Cornouaille reprend le nom de l'ancien royaume. Sa dynastie accède au trône ducal, il passa à l'évêque de Quimper qui devient comte-évêque de Cornouaille jusqu'au XIe siècle où deux frères s'en répartissent les dignités. La Cornouaille de nos jours Composée de 218 communes (sur la base des communes actuelles), la Cornouaille comptait - au dernier recensement de 1999 - 456 307 habitants pour une superficie totale de 5 979 km². Le nom a été repris officiellement en 2001 pour sa partie au sud d'une ligne Châteaulin-Scaër pour la circonscription de programmation « Pays de Cornouaille » composée de 112 communes (loi Voynet, 1999)