0 Likes

Le Chapeau Rouge Eglise St Mathieu Mediatheque des Ursulines Quimper
Cornouaille

Le 6 septembre 2008, la Médiathèque des Ursulines ouvre au public ses portes, ses allées de documents, ses espaces de découverte et de lecture. Il y est proposé 120.000 documents en libre accès organisés en collections thématiques, mêlant les différents supports, imprimés et numériques, sur plus de 2.500 m² dédiés au public répartis sur trois niveaux. Ce nouvel équipement remplit également un rôle de tête de pont pour le réseau de lecture publique de Quimper Communauté.

source mairie de Quimper

Copyright: Dieter kik
Type: Spherical
Resolution: 8410x4205
Загружена: 27/10/2009
Обновлено: 23/06/2014
Просмотров:

...


Tags: france; bretagne; finistere; cornouaille; quimper; espolanade francois mitterand; le quartier centre d’art contemporain de quimper; eglise st mathieu; le chapeau rouge; mediatheque des ursulines
comments powered by Disqus

dieter kik
Fest Noz Chapeau Rouge Quimper Finistere
dieter kik
Fest Noz Chapeau Rouge Quimper Finistere
dieter kik
Fest Noz Chapeau Rouge Quimper Finistere
dieter kik
Fest Noz Chapeau Rouge Quimper Finistere
dieter kik
Deus ta au Fest Noz Chapeau Rouge Quimper Finistere
benjamin-sergeant
Quimper Esplanade François Mitterrand
dieter kik
Performance Entre Chien et Loup Quimper
dieter kik
Luise Ebrel et Ifig Flatres au Fest Noz Chapeau Rouge Quimper Finistere
dieter kik
Deus ta au Fest Noz Chapeau Rouge Quimper Finistere
dieter kik
Lumiere Theatre de Cornuaille, Quimper 9442
dieter kik
Quimper Fete Penhars Preparation Esplanade Francois Mitterrand
dieter kik
Quimper Theatre de Cornouaille Braises 2009 4948
Taro Tsubomura
Night view from Hakodateyama
Gary Quigg
Kilbroney Park Walk #11, Rostrevor, Northern Ireland
Stefan Huber
Plansee steg pm ptgui hdr 14000
Olivier Joseph
Sur le chemin du Jas-Lacroix
John Roberts
Angel's Window at Point Royal, Grand Canyon, Arizona, USA
H.J.Weber
Paris - Eiffeltower view from the 2nd lookout platform to s/e
bibouroku tabito
Kiunkaku  Kirin-room  (Atami-shi)
Mikal Preston
Sedona views from airport
Merle Layden
Delphi Theatre Pano
bibouroku tabito
Kiunkaku  Garden  (Atami-shi)
Ian Britton
Old engines near Marley Hill Engine Shed
Olivier Joseph
Le village de Puget-Rostang
dieter kik
Presbytere et l'église Saint-Laurent, Benfeld, Alsace, France 7184
dieter kik
phare de Pontusval pointe Beg-Pol Brignogan Pr1
dieter kik
Lucas cranach fl gelaltar kreuzkirche hannover 6384
dieter kik
Lumiere rue du Chapeau Rouge Quimper Finistere France 9354
dieter kik
Markt Templin Uckermark 5027
dieter kik
Eglise Coat Meal Finistere 15
dieter kik
Penhors
dieter kik
Statue de la Liberté, Colmar, Alsace, France 7125
dieter kik
Eglise Locmaria Quimper Qel4
dieter kik
chapelle de Tronoën 2 Saint-Jean-Trolimon
dieter kik
Allee Couverte de Lesconil, Poullan Sur Mer, Finistere 1997
dieter kik
Equipe Echassier Fete Musique Quimper
More About Cornouaille

Cornouaille Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Capitale historique Quimper Langue(s) Français - Breton Religion Catholique Superficie 5 979 Km² Population 456 307 (1999) Gwenn ha du.svg Portail de la Bretagne La Cornouaille (Kernev, Bro Gernev en breton) est un pays de Bretagne (à ne pas confondre avec la Cornouailles britannique, dont le nom s'écrit avec un "s"). Le gentilé de la Cornouaille bretonne est cornouaillais  e (le gentilé de la Cornouailles britannique est cornique). Étymologie Cornouaille se dit Kerne, Kernev ou Bro Gerne en breton, et Cornugallia en latin, parfois « Cornubia ». * Il est possible que ce nom lui ait été donné en référence à cette région de Cornouailles (Kernow), tout comme l'actuel Devon (ancienne Dumnonia) a donné son nom à la Domnonée qui désignait la côte Nord de la Bretagne au Haut Moyen Âge. * Selon une autre hypothèse qui a eu longtemps cours, le nom serait d'origine anglo-saxonne et signifierait « Le pays des étrangers » en référence au cantonnement des Celtes d'Outre-Manche par les envahisseurs angles, saxons, jutes et frisons. * Une troisième hypothèse, basée sur la traduction latine cornugallia, est invoquée par certains auteurs : cornugallia signifierait le coin de la Gaule, relativement à la situation géographique de la Cornouaille bretonne. Antiquité tardive Les deux Cornouaille(s) trouvent plus vraisemblablement leur origine commune à la fin du IIIe siècle : les incursions de pirates saxons, frisons et scots, associées aux pillages des bagaudes, contraignent les villes armoricaines (entre autres) à s'entourer en urgence de murailles dont les restes se voient encore à Alet, Brest, Nantes, Rennes et Vannes. Devant l'incurie de l'empire romain, le responsable de la défense des côtes, le ménapien Carausius (puis son successeur Allectus) établit entre 288 et 296 un empire séparé sur les côtes nord et sud de la Manche pour les garantir des invasions. L'empereur Constance Chlore les vainc en 293 et 296 et, ayant rétabli l'unité de l'empire de ce côté, organise la défense côtière en transférant des Bretons en Armorique à partir de 296-297. Ces Bretons sont des Cornovii, peuple sans doute fidèle à Rome et choisi pour ce motif. Le chef-lieu de leur cité est à Viroconium Cornoviorum (l'actuelle Wroxeter) et ils occupent plus au nord le port de Deva (Chester). Les Cornovii étant chargés du contrôle militaire des pointes occidentales de la Bretagne et de l'Armorique, c’est-à-dire de l'ouest de la Manche, leur nom se serait conservé en ces lieux. Il ne s'agit donc pas d'une colonisation massive comme cela arrivera au VIe siècle, mais d'une occupation militaire. Le Tractus armoricanus et nervicanus (administration militaire chargée du contrôle de toutes les côtes de Boulogne à la Gironde), et son bras armé, la Classis armoricana (Flotte armoricaine), ne sont créés proprement qu'en 370, sous le règne de l'empereur Valentinien Ier. Haut Moyen Âge D'autres princes sont dits avoir régné sur les côtes nord et sud de la Manche occidentale, comme le roi de Cornouaille Daniel Drem Rud au VIe siècle, et le fameux comte Conomor assimilé au roi Marc de la Cornouailles britannique (Marcus Cunomorus). Entre 815 et 839, Egbert annexe le royaume breton de Cornouaille. La Cornouaille armoricaine est mentionnée pour la première fois et indirectement entre 852 et 857 quand « l'évêque de Saint-Corentin », Anaweten, est qualifié de Cornugallensis (adj. latin dérivé de Cornugallia). L'existence d'une commune d'Anjou dénommée « La Cornuaille » a suscité une hypothèse qui en ferait une appellation géographique ou militaire couvrant toute la Bretagne du Sud et faisant pendant à la Domnonée sur le rivage Nord au VIe siècle ou VIIe siècle. Formation de la Bretagne Au IXe siècle, il semble que le nom de Poher (pour Pou-Caer = Pays de la Ville ou Pays du Château ou Pays de Carhaix) se soit substitué à celui de Cornouaille. Par la suite, il fut réservé à la vallée de l'Aulne, dont la capitale était Carhaix. À la fin du IXe siècle, le comté féodal de Cornouaille reprend le nom de l'ancien royaume. Sa dynastie accède au trône ducal, il passa à l'évêque de Quimper qui devient comte-évêque de Cornouaille jusqu'au XIe siècle où deux frères s'en répartissent les dignités. La Cornouaille de nos jours Composée de 218 communes (sur la base des communes actuelles), la Cornouaille comptait - au dernier recensement de 1999 - 456 307 habitants pour une superficie totale de 5 979 km². Le nom a été repris officiellement en 2001 pour sa partie au sud d'une ligne Châteaulin-Scaër pour la circonscription de programmation « Pays de Cornouaille » composée de 112 communes (loi Voynet, 1999)