1 Like

Spider in Spider s Web
Cornouaille

Une toile d’araignée est un des types de pièges en soie que fabriquent les araignées pour capturer leurs proies. Si toutes les araignées fabriquent de la soie, toutes ne tissent pas de toile. Ce fil de soie (non gluant chez certaines espèces comme la tégénaire des caves) est à la fois un support chimique (de phéromones déposées par le mâle, ou la femelle, ou les petits) et un vecteur vibratoire.

On considère que l’usage initial de la soie était la fabrication du cocon pour protéger les œufs car les araignées considérées comme primitives ne tissent pas de toile.
Beaucoup d’araignées d’espèces fileuses femelles (genre Tegenaria notamment) laissent derrière elle un fil enduit de phéromone qui est presque systématiquement suivi par les mâles. (chez les araignées vagabondes, des signaux visuels remplacent ces signaux hormonaux olfactifs).
Le fil transmet aussi très bien les vibrations. Ils alertent ainsi l’araignée sur le fait qu’une proie est tombée dans son piège ou qu’un mâle s’approche. L’araignée peut aussi détecter la position d’une proie immobile en impulsant une vibration à la toile et en analysant l’écho de cette vibration en retour. Chaque espèce produit des signaux particuliers par vibration de l’abdomen ou par vibration produite par les pattes, à la manière d’un doigt qui fait sonner la corde d'une guitare.
Deux araignées (épeire diadème) ont été envoyées par la Nasa dans l’espace dans le Skylab. Leurs premières toiles étaient très mal faites, mais après quelques jours d’adaptation à l’impesanteur, ces araignées ont à nouveau tissé des toiles normales.

source wikipedia

View More »

Copyright: Dieter kik
Type: Spherical
Resolution: 8616x4308
Загружена: 30/09/2009
Обновлено: 20/06/2014
Просмотров:

...


Tags: france; bretagne; finistere; cornouaille; peumerit; foret; araignee; spider; spider's web
comments powered by Disqus

dieter kik
Dolmen Penquelenec Peumerit France
dieter kik
Peumerit Eglise Saint Anouarn
dieter kik
Peumerit Eglise Saint Anouarn
dieter kik
Peumerit Eglise Saint Anouarn
dieter kik
Peumerit Eglise Saint Anouarn
dieter kik
Peumerit Eglise Saint Anouarn
dieter kik
Peumerit Eglise Saint Anouarn
dieter kik
Eglise Peumerit Finistere Ext5
dieter kik
Eglise Peumerit Finistere Ext6
dieter kik
Eglise Peumerit Finistere Ext7
dieter kik
Eglise Peumerit Finistere Ext4
dieter kik
Eglise Peumerit Finistere Ext3
Valentin Arfire
Fotovest Meeting 14 11 2009
English
Deak Square
Flemming V. Larsen
The Wood Blewit - Lepista Nuda in Mindeparken
Scott Knauss
La Fattoria Wine Cellar
Sergej Esnault
Plateau Bukre Area 3000 metres above sea level - Yemen
Michele Volpicella
Piazzetta 18 luglio 1866
H. Adi Saputra
Iwami ginzan UNESCO World Heritage Japan
Frank Luetgenau
Oberhausen mond
Honza Kudr
Val da Cam - Vicosoprano, Switzerland
dieter kik
Port Rhu Douarnenez
Honza Kudr
Val da Cam - Vicosoprano, Switzerland
Christof Martin - pfalz360.de
Philharmonie Luxembourg
dieter kik
Stieg-Hölle, Quedlinburg, Germany 4848
dieter kik
Kirche Alt Placht
dieter kik
Halle Eglise Creperie Plouescat
dieter kik
Bateau dans l'anse St Cadou Odet
dieter kik
Meneham la Maison des Douaniers Kerlouan France 3
dieter kik
6. manif retrait 60 Quimper 4869
dieter kik
Reutlingen achalm albtrauf von alteburg 9514
dieter kik
Calvaire et chapelle de trono n 1
dieter kik
la Pointe Odet l Anse de St Cadou Gouesnach 1
dieter kik
Accueil, Interpretation, Thiepval, Picardie, France 7305
dieter kik
Neige entree du Musee Breton Quimper
dieter kik
Garten Galerie Annenwalde Uckermark
More About Cornouaille

Cornouaille Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Capitale historique Quimper Langue(s) Français - Breton Religion Catholique Superficie 5 979 Km² Population 456 307 (1999) Gwenn ha du.svg Portail de la Bretagne La Cornouaille (Kernev, Bro Gernev en breton) est un pays de Bretagne (à ne pas confondre avec la Cornouailles britannique, dont le nom s'écrit avec un "s"). Le gentilé de la Cornouaille bretonne est cornouaillais  e (le gentilé de la Cornouailles britannique est cornique). Étymologie Cornouaille se dit Kerne, Kernev ou Bro Gerne en breton, et Cornugallia en latin, parfois « Cornubia ». * Il est possible que ce nom lui ait été donné en référence à cette région de Cornouailles (Kernow), tout comme l'actuel Devon (ancienne Dumnonia) a donné son nom à la Domnonée qui désignait la côte Nord de la Bretagne au Haut Moyen Âge. * Selon une autre hypothèse qui a eu longtemps cours, le nom serait d'origine anglo-saxonne et signifierait « Le pays des étrangers » en référence au cantonnement des Celtes d'Outre-Manche par les envahisseurs angles, saxons, jutes et frisons. * Une troisième hypothèse, basée sur la traduction latine cornugallia, est invoquée par certains auteurs : cornugallia signifierait le coin de la Gaule, relativement à la situation géographique de la Cornouaille bretonne. Antiquité tardive Les deux Cornouaille(s) trouvent plus vraisemblablement leur origine commune à la fin du IIIe siècle : les incursions de pirates saxons, frisons et scots, associées aux pillages des bagaudes, contraignent les villes armoricaines (entre autres) à s'entourer en urgence de murailles dont les restes se voient encore à Alet, Brest, Nantes, Rennes et Vannes. Devant l'incurie de l'empire romain, le responsable de la défense des côtes, le ménapien Carausius (puis son successeur Allectus) établit entre 288 et 296 un empire séparé sur les côtes nord et sud de la Manche pour les garantir des invasions. L'empereur Constance Chlore les vainc en 293 et 296 et, ayant rétabli l'unité de l'empire de ce côté, organise la défense côtière en transférant des Bretons en Armorique à partir de 296-297. Ces Bretons sont des Cornovii, peuple sans doute fidèle à Rome et choisi pour ce motif. Le chef-lieu de leur cité est à Viroconium Cornoviorum (l'actuelle Wroxeter) et ils occupent plus au nord le port de Deva (Chester). Les Cornovii étant chargés du contrôle militaire des pointes occidentales de la Bretagne et de l'Armorique, c’est-à-dire de l'ouest de la Manche, leur nom se serait conservé en ces lieux. Il ne s'agit donc pas d'une colonisation massive comme cela arrivera au VIe siècle, mais d'une occupation militaire. Le Tractus armoricanus et nervicanus (administration militaire chargée du contrôle de toutes les côtes de Boulogne à la Gironde), et son bras armé, la Classis armoricana (Flotte armoricaine), ne sont créés proprement qu'en 370, sous le règne de l'empereur Valentinien Ier. Haut Moyen Âge D'autres princes sont dits avoir régné sur les côtes nord et sud de la Manche occidentale, comme le roi de Cornouaille Daniel Drem Rud au VIe siècle, et le fameux comte Conomor assimilé au roi Marc de la Cornouailles britannique (Marcus Cunomorus). Entre 815 et 839, Egbert annexe le royaume breton de Cornouaille. La Cornouaille armoricaine est mentionnée pour la première fois et indirectement entre 852 et 857 quand « l'évêque de Saint-Corentin », Anaweten, est qualifié de Cornugallensis (adj. latin dérivé de Cornugallia). L'existence d'une commune d'Anjou dénommée « La Cornuaille » a suscité une hypothèse qui en ferait une appellation géographique ou militaire couvrant toute la Bretagne du Sud et faisant pendant à la Domnonée sur le rivage Nord au VIe siècle ou VIIe siècle. Formation de la Bretagne Au IXe siècle, il semble que le nom de Poher (pour Pou-Caer = Pays de la Ville ou Pays du Château ou Pays de Carhaix) se soit substitué à celui de Cornouaille. Par la suite, il fut réservé à la vallée de l'Aulne, dont la capitale était Carhaix. À la fin du IXe siècle, le comté féodal de Cornouaille reprend le nom de l'ancien royaume. Sa dynastie accède au trône ducal, il passa à l'évêque de Quimper qui devient comte-évêque de Cornouaille jusqu'au XIe siècle où deux frères s'en répartissent les dignités. La Cornouaille de nos jours Composée de 218 communes (sur la base des communes actuelles), la Cornouaille comptait - au dernier recensement de 1999 - 456 307 habitants pour une superficie totale de 5 979 km². Le nom a été repris officiellement en 2001 pour sa partie au sud d'une ligne Châteaulin-Scaër pour la circonscription de programmation « Pays de Cornouaille » composée de 112 communes (loi Voynet, 1999)