0 Likes

Nerea the Fiddle Quimper Finistere 7034
Cornouaille

http://www.nereathefiddler.com

    Nerea combines elegance and strength in her powerful interpretation of traditional and modern fiddle repertoire.
Her music hails from the deeply rooted celtic traditions of Cape Breton Island, Canada, where she was raised breathing the music.
Her solo performances (which have been all over Europe and North America)
are most usually accompanied by the percussion of her funky footwork, or most commonly know as: stepdancing.
Her success as a soloist lead her to release an album in spring of 2007, named Footprints.
This earned her a Canadian Folk Music Award nomination for Young Performer of the Year.
Whether it be with her private students, at workshops, conferences or live concerts,
Nerea's bursting energetic passion for music is unforgettable.

View More »

Copyright: Dieter kik
Type: Spherical
Resolution: 8086x4043
上传: 21/08/2011
更新: 23/06/2014
观看次数:

...


Tags: music; street; fiddle; violon
comments powered by Disqus

dieter kik
Equipe Echassier Fete Musique Quimper
dieter kik
6. manif retrait 60 Quimper 5347
dieter kik
rue Kereon Quimper
dieter kik
Quimper rue Kereon Macaron
dieter kik
rue des Boucheries Quimper
dieter kik
Equipe Echassier Fete Musique Quimper
dieter kik
Manif 2010/10/12 Quimper Cathdrale CGT
dieter kik
Lumiere St Corentin Cathedrale Quimper Finistere France 9277
dieter kik
Quimper Cathedrale Façade
dieter kik
Neige Cathedrale Art de Cornouaille
dieter kik
Quimper Maison L Art De Cornouaille Q3
dieter kik
Jazz, Musique de rue, rue Kereon, Quimper Finistere 7425
Galliez Stephane
Bonaparte bridge in Lyon
Arnaud Chapin
Cancale Sous la digue
Julian
Mamaev-Kurgan
Sotero Ferreira
Cabo Mondego - Figueira da Foz
Andrea Biffi
Bremen-Roland
Martin Berta
Synagogue Kosice
Jann Lipka
historic-tram-Djurgaarden-Stockholm- Sweden
Vladimir Chumachenko
Balaklava. View on top secret factory to repair submarines
Andrea Biffi
Roma-Colosseo e Arco di Costantino
Robert L. Tilden
Albert Mountain Fire Tower
Vladimir Chumachenko
Balaklava - view from the Genoese fortress 2
Vladimir Chumachenko
Balaklava, Black sea from the Genoese fortress
dieter kik
Heidenheim Schloss Hellenstein eingang zugbruecke
dieter kik
Ecume de mer Foam Meerschaum st guenole finistere
dieter kik
La chapelle Notre-Dame des Grâces de la pointe Saint-Mathieu
dieter kik
Fest Noz Chapeau Rouge Quimper Finistere
dieter kik
Heidenheim Schloss Hellenstein rittersaal
dieter kik
es grünt so grün in Templin, Pulverturm, Uckermark
dieter kik
La Grue Jaune Nantes France
dieter kik
maree basse Pors Mazou Porspoder
dieter kik
Chemin de ronde, Tour César, Provins, Seine et Marne, France 4153
dieter kik
Chapelle Notre-Dame-de-la-Clarté St Vennec Combrit Finistere 2228
dieter kik
Abeille Bourbon Port de Brest Bretagne France
dieter kik
Eglise Gouesnou Finistere 6
More About Cornouaille

Cornouaille Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Capitale historique Quimper Langue(s) Français - Breton Religion Catholique Superficie 5 979 Km² Population 456 307 (1999) Gwenn ha du.svg Portail de la Bretagne La Cornouaille (Kernev, Bro Gernev en breton) est un pays de Bretagne (à ne pas confondre avec la Cornouailles britannique, dont le nom s'écrit avec un "s"). Le gentilé de la Cornouaille bretonne est cornouaillais  e (le gentilé de la Cornouailles britannique est cornique). Étymologie Cornouaille se dit Kerne, Kernev ou Bro Gerne en breton, et Cornugallia en latin, parfois « Cornubia ». * Il est possible que ce nom lui ait été donné en référence à cette région de Cornouailles (Kernow), tout comme l'actuel Devon (ancienne Dumnonia) a donné son nom à la Domnonée qui désignait la côte Nord de la Bretagne au Haut Moyen Âge. * Selon une autre hypothèse qui a eu longtemps cours, le nom serait d'origine anglo-saxonne et signifierait « Le pays des étrangers » en référence au cantonnement des Celtes d'Outre-Manche par les envahisseurs angles, saxons, jutes et frisons. * Une troisième hypothèse, basée sur la traduction latine cornugallia, est invoquée par certains auteurs : cornugallia signifierait le coin de la Gaule, relativement à la situation géographique de la Cornouaille bretonne. Antiquité tardive Les deux Cornouaille(s) trouvent plus vraisemblablement leur origine commune à la fin du IIIe siècle : les incursions de pirates saxons, frisons et scots, associées aux pillages des bagaudes, contraignent les villes armoricaines (entre autres) à s'entourer en urgence de murailles dont les restes se voient encore à Alet, Brest, Nantes, Rennes et Vannes. Devant l'incurie de l'empire romain, le responsable de la défense des côtes, le ménapien Carausius (puis son successeur Allectus) établit entre 288 et 296 un empire séparé sur les côtes nord et sud de la Manche pour les garantir des invasions. L'empereur Constance Chlore les vainc en 293 et 296 et, ayant rétabli l'unité de l'empire de ce côté, organise la défense côtière en transférant des Bretons en Armorique à partir de 296-297. Ces Bretons sont des Cornovii, peuple sans doute fidèle à Rome et choisi pour ce motif. Le chef-lieu de leur cité est à Viroconium Cornoviorum (l'actuelle Wroxeter) et ils occupent plus au nord le port de Deva (Chester). Les Cornovii étant chargés du contrôle militaire des pointes occidentales de la Bretagne et de l'Armorique, c’est-à-dire de l'ouest de la Manche, leur nom se serait conservé en ces lieux. Il ne s'agit donc pas d'une colonisation massive comme cela arrivera au VIe siècle, mais d'une occupation militaire. Le Tractus armoricanus et nervicanus (administration militaire chargée du contrôle de toutes les côtes de Boulogne à la Gironde), et son bras armé, la Classis armoricana (Flotte armoricaine), ne sont créés proprement qu'en 370, sous le règne de l'empereur Valentinien Ier. Haut Moyen Âge D'autres princes sont dits avoir régné sur les côtes nord et sud de la Manche occidentale, comme le roi de Cornouaille Daniel Drem Rud au VIe siècle, et le fameux comte Conomor assimilé au roi Marc de la Cornouailles britannique (Marcus Cunomorus). Entre 815 et 839, Egbert annexe le royaume breton de Cornouaille. La Cornouaille armoricaine est mentionnée pour la première fois et indirectement entre 852 et 857 quand « l'évêque de Saint-Corentin », Anaweten, est qualifié de Cornugallensis (adj. latin dérivé de Cornugallia). L'existence d'une commune d'Anjou dénommée « La Cornuaille » a suscité une hypothèse qui en ferait une appellation géographique ou militaire couvrant toute la Bretagne du Sud et faisant pendant à la Domnonée sur le rivage Nord au VIe siècle ou VIIe siècle. Formation de la Bretagne Au IXe siècle, il semble que le nom de Poher (pour Pou-Caer = Pays de la Ville ou Pays du Château ou Pays de Carhaix) se soit substitué à celui de Cornouaille. Par la suite, il fut réservé à la vallée de l'Aulne, dont la capitale était Carhaix. À la fin du IXe siècle, le comté féodal de Cornouaille reprend le nom de l'ancien royaume. Sa dynastie accède au trône ducal, il passa à l'évêque de Quimper qui devient comte-évêque de Cornouaille jusqu'au XIe siècle où deux frères s'en répartissent les dignités. La Cornouaille de nos jours Composée de 218 communes (sur la base des communes actuelles), la Cornouaille comptait - au dernier recensement de 1999 - 456 307 habitants pour une superficie totale de 5 979 km². Le nom a été repris officiellement en 2001 pour sa partie au sud d'une ligne Châteaulin-Scaër pour la circonscription de programmation « Pays de Cornouaille » composée de 112 communes (loi Voynet, 1999)