1 Like

Phare Ste Marine
Cornouaille

Le phare de Sainte-Marine se trouve sur la pointe de Combrit, à côté du fort, près du petit port de Sainte-Marine, rue des Glénan.

Il matérialise, avec le feu du phare de Bénodet, un alignement au nord qui permet d'arriver sur rade devant ce dernier port.
Le phare est constitué d’une tour carré surmonté d’une lanterne rouge en métal et accolée à la maison du gardien. Le mur sud est percé de quatre fenêtres disposées verticalement. La maison est appareillée dans le même matériau que le phare et sa toiture est doublée de zinc.
Lucien Simon, peintre parisien, vécut des décennies dans un sémaphote désaffecté à la pointe de Combrit en Sainte-Marine et peignit le petit monde bigouden, dans les mêmes temps qu'Alfred Marzin.
Pour visiter la region il y a offices de tourisme, hotels, chambre d'hôtes et gites de france.
Source wikipedia

View More »

Copyright: Dieter Kik
Type: Spherical
Resolution: 8378x4189
上传: 07/05/2009
更新: 20/06/2014
观看次数:

...


Tags: france; bretagne; finistere; cornouaille; pays bigouden; odet; combrit ste marine; phare; pointe de cmbrit
comments powered by Disqus

dieter kik
Pointe de Combrit Sainte Marine Finistere 9572
dieter kik
Fireworks Combrit Benodet Finistere France
dieter kik
Estuaire Odet Ste Marine
dieter kik
Plage de Ste Marine
dieter kik
Benodet Phare le Coq
dieter kik
Steps To Atlantis Combrit Finistere
dieter kik
Benodet plage
dieter kik
Plage de Benodet 08 11 2009
dieter kik
Port de Ste Marine
dieter kik
chapelle ext2 Ste Marine
dieter kik
Port Bateau Ste Marine
dieter kik
sainte-marine-chapelle int
Calvin K McDonald
Goblin Valley, Utah, USA
David Rowley
Drift Wood Shelter
luis davilla
library of Royal Seat of San Lorenzo de El Escorial
Vincent Royer
Grand Escalier 1 - Grand Séminaire de Québec
Carl Geers
Another shot of Brian Carter in Topanga, Canyon.
Matthew Normand
Night Sky Over Mockhorn Bay - Oyster, VA
Kengo Shimizu
姫路市指定文化財「佐野邸」の居間
Vlatko Šplihal
Slavonski Brod - Korzo - Under The Magnolia
Ukraine
Water tower at VDNKh
bibouroku tabito
Scenery of the downtown "Gohuku-tyou"  Shizuoka-City
Mark Simons
Munich Ice Magic at Karls-Place
Алексей Мирошников, GRADES PHOTO
Westminster Underground station
dieter kik
Filmteam am Brandenburger Tor Berlin 6860
dieter kik
Chapelle Notre-Dame-de-la-Clarté St Vennec Combrit Finistere 2139
dieter kik
Mkc seeb hne openair spektakel wasserspiele 2010 multikulturelles centrum templin 6101
dieter kik
Schlosskrug Stift Quedlinburg Germany 5785
dieter kik
Presbytere et l'église Saint-Laurent, Benfeld, Alsace, France 7184
dieter kik
Transat Benodet Martinique finistere france
dieter kik
Rallye decouverte Association du Patrimoine de Plovan 2009 Pe7
dieter kik
Brest place de la Liberte
dieter kik
Futur Musee Remorqueur S6
dieter kik
Hampshire police band Cérémonie 11/11/2011 Thiepval  Somme France 7535
dieter kik
Performance conceptuelle "chasse au bourgeois" Marc Morvan Quimper 8416
dieter kik
rond-point plage des gueux ubo quimper france 8014
More About Cornouaille

Cornouaille Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Capitale historique Quimper Langue(s) Français - Breton Religion Catholique Superficie 5 979 Km² Population 456 307 (1999) Gwenn ha du.svg Portail de la Bretagne La Cornouaille (Kernev, Bro Gernev en breton) est un pays de Bretagne (à ne pas confondre avec la Cornouailles britannique, dont le nom s'écrit avec un "s"). Le gentilé de la Cornouaille bretonne est cornouaillais  e (le gentilé de la Cornouailles britannique est cornique). Étymologie Cornouaille se dit Kerne, Kernev ou Bro Gerne en breton, et Cornugallia en latin, parfois « Cornubia ». * Il est possible que ce nom lui ait été donné en référence à cette région de Cornouailles (Kernow), tout comme l'actuel Devon (ancienne Dumnonia) a donné son nom à la Domnonée qui désignait la côte Nord de la Bretagne au Haut Moyen Âge. * Selon une autre hypothèse qui a eu longtemps cours, le nom serait d'origine anglo-saxonne et signifierait « Le pays des étrangers » en référence au cantonnement des Celtes d'Outre-Manche par les envahisseurs angles, saxons, jutes et frisons. * Une troisième hypothèse, basée sur la traduction latine cornugallia, est invoquée par certains auteurs : cornugallia signifierait le coin de la Gaule, relativement à la situation géographique de la Cornouaille bretonne. Antiquité tardive Les deux Cornouaille(s) trouvent plus vraisemblablement leur origine commune à la fin du IIIe siècle : les incursions de pirates saxons, frisons et scots, associées aux pillages des bagaudes, contraignent les villes armoricaines (entre autres) à s'entourer en urgence de murailles dont les restes se voient encore à Alet, Brest, Nantes, Rennes et Vannes. Devant l'incurie de l'empire romain, le responsable de la défense des côtes, le ménapien Carausius (puis son successeur Allectus) établit entre 288 et 296 un empire séparé sur les côtes nord et sud de la Manche pour les garantir des invasions. L'empereur Constance Chlore les vainc en 293 et 296 et, ayant rétabli l'unité de l'empire de ce côté, organise la défense côtière en transférant des Bretons en Armorique à partir de 296-297. Ces Bretons sont des Cornovii, peuple sans doute fidèle à Rome et choisi pour ce motif. Le chef-lieu de leur cité est à Viroconium Cornoviorum (l'actuelle Wroxeter) et ils occupent plus au nord le port de Deva (Chester). Les Cornovii étant chargés du contrôle militaire des pointes occidentales de la Bretagne et de l'Armorique, c’est-à-dire de l'ouest de la Manche, leur nom se serait conservé en ces lieux. Il ne s'agit donc pas d'une colonisation massive comme cela arrivera au VIe siècle, mais d'une occupation militaire. Le Tractus armoricanus et nervicanus (administration militaire chargée du contrôle de toutes les côtes de Boulogne à la Gironde), et son bras armé, la Classis armoricana (Flotte armoricaine), ne sont créés proprement qu'en 370, sous le règne de l'empereur Valentinien Ier. Haut Moyen Âge D'autres princes sont dits avoir régné sur les côtes nord et sud de la Manche occidentale, comme le roi de Cornouaille Daniel Drem Rud au VIe siècle, et le fameux comte Conomor assimilé au roi Marc de la Cornouailles britannique (Marcus Cunomorus). Entre 815 et 839, Egbert annexe le royaume breton de Cornouaille. La Cornouaille armoricaine est mentionnée pour la première fois et indirectement entre 852 et 857 quand « l'évêque de Saint-Corentin », Anaweten, est qualifié de Cornugallensis (adj. latin dérivé de Cornugallia). L'existence d'une commune d'Anjou dénommée « La Cornuaille » a suscité une hypothèse qui en ferait une appellation géographique ou militaire couvrant toute la Bretagne du Sud et faisant pendant à la Domnonée sur le rivage Nord au VIe siècle ou VIIe siècle. Formation de la Bretagne Au IXe siècle, il semble que le nom de Poher (pour Pou-Caer = Pays de la Ville ou Pays du Château ou Pays de Carhaix) se soit substitué à celui de Cornouaille. Par la suite, il fut réservé à la vallée de l'Aulne, dont la capitale était Carhaix. À la fin du IXe siècle, le comté féodal de Cornouaille reprend le nom de l'ancien royaume. Sa dynastie accède au trône ducal, il passa à l'évêque de Quimper qui devient comte-évêque de Cornouaille jusqu'au XIe siècle où deux frères s'en répartissent les dignités. La Cornouaille de nos jours Composée de 218 communes (sur la base des communes actuelles), la Cornouaille comptait - au dernier recensement de 1999 - 456 307 habitants pour une superficie totale de 5 979 km². Le nom a été repris officiellement en 2001 pour sa partie au sud d'une ligne Châteaulin-Scaër pour la circonscription de programmation « Pays de Cornouaille » composée de 112 communes (loi Voynet, 1999)